Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Finances locales

Emprunts « toxiques » : à l’Assemblée, Claude Bartolone obtient une commission d’enquête

Publié le 08/06/2011 • Par Jacques Paquier • dans : A la une, Actualité Club finances, France

Claude Bartolone
AFP
L'Assemblée a voté le 8 juin, à la demande du PS, la création d'une commission d'enquête sur les emprunts toxiques contractés par des collectivités locales afin, selon Claude Bartolone (PS), "d'évaluer les risques", de "clarifier les enjeux" et de "remédier à leurs difficultés".

L’initiative vise à établir les responsabilités des banques, et à préparer le terrain pour une éventuelle structure de défaisance, réclamée par l’Association « Acteurs publics contre les emprunts toxiques », qui rassemble des collectivités « plombées » par un encours massif constitué de ces produits à risque.

Peu avant que l’Assemblée nationale adopte la loi créant cette commission, le ministre des Collectivités locales, Philippe Richert, avait jugé qu’une structure de défaisance pour récupérer et gérer les emprunts toxiques souscrits par les collectivités n’était « pas nécessaire », ajoutant : « Laissons la justice faire son travail ! ».
« Je ne pense pas qu’une telle structure soit nécessaire », a affirmé le ministre des collectivités locales, Philippe Richert, au Figaro.
Le ministre a rappelé qu’un médiateur avait été mis en place « pour gérer les dossiers difficiles ». « La médiation renforcée devrait permettre de résoudre les derniers dossiers » et « les banques sont enclines à entrer dans la discussion », a-t-il souligné.

7 milliards d’euros d’emprunts « toxiques » – En revanche, Philippe Richert a qualifié « d’utile » la proposition de créer une commission d’enquête à l’Assemblée nationale pour déterminer les responsabilités. « Je pense qu’il est toujours utile de s’interroger sur ce qui n’a pas fonctionné par le passé afin d’éviter de commettre les mêmes erreurs à l’avenir », a-t-il dit. Mais « si la commission peut nourrir la réflexion, ce n’est pas elle qui, concrètement, résoudra les problèmes en suspens ».

Selon Philippe Richert, sur une dette des collectivités totalisant 118 milliards d’euros, « les emprunts toxiques représentent environ sept milliards d’euros ». « Le problème est réel mais il n’est pas de nature à déstabiliser les collectivités locales », assure-t-il, d’autant que ce flux « s’est tari ». « Les banques ne proposent plus de produits à hauts risques et les collectivités sont plus prudentes », observe-t-il.

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Emprunts « toxiques » : à l’Assemblée, Claude Bartolone obtient une commission d’enquête

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X