Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Réforme de l'état

« Les décisions de la RGPP sont trop rapides », déplore Jean-Paul Delevoye

Publié le 01/06/2011 • Par Aurélien Hélias • dans : A la une, Dossiers d'actualité, France

Au cœur des critiques de l’ancien Médiateur de la République se trouve donc « l’approche trop souvent budgétaire » de la RGPP qui, faute d’une réflexion sur « les objectifs, les perspectives et l’appropriation par les agents » aurait manqué sa cible.
Au cœur des critiques de l’ancien Médiateur de la République se trouve donc « l’approche trop souvent budgétaire » de la RGPP qui, faute d’une réflexion sur « les objectifs, les perspectives et l’appropriation par les agents » aurait manqué sa cible. V.Vincenzo
Absence de dialogue social, déshumanisation des services publics, manque de cohérence territoriale… L’ancien Médiateur de la République Jean-Paul Delevoye n’est pas tendre lorsqu’il juge les conditions de mise en œuvre de la Révision générale des politiques publiques (RGPP).

Cet article fait partie du dossier

RGPP : quels effets pour les collectivités ?

Lorsqu’il s’adresse le 1er juin aux sénateurs de la mission d’information sur les conséquences de la RGPP sur les collectivités, Jean-Paul Delevoye n’y va pas par quatre chemins pour pointer du doigt les conséquences regrettables de cette réforme de l’Etat : « La nécessité de maîtrise des finances publiques a fait perdre la notion du collectif au profit de notions comptables. »
Au cœur des critiques de l’ancien Médiateur de la République se trouve donc « l’approche trop souvent budgétaire » de la RGPP qui, faute d’une réflexion sur « les objectifs, les perspectives et l’appropriation par les agents » aurait manqué sa cible.
« Les guerres ne se gagnent pas avec les généraux, mais se perdent avec l’intendance », affirme-t-il pour illustrer « la contradiction entre ceux qui gèrent les moyens et ceux qui gèrent les objectifs ».
Si Jean-Paul Delevoye ne remet pas en cause l’objectif de maîtrise des dépenses qui sous-tend la RGPP, il regrette le manque de réflexion en amont sur le périmètre des missions de services publics à assumer avec toujours moins de moyens.

La déshumanisation au bout du fil – Comme il l’avait fait dans son rapport annuel 2010, l’ancien Médiateur pointe du doigt « l’aveuglement informatique, l’absence de lieu d’écoute qui crée de la souffrance sociale » au sein de services publics de plus en plus dématérialisés et n’offrant plus que la possibilité de joindre des plateformes téléphoniques et des répondeurs automatiques au bout du fil.
« Dans un siècle de mobilité, tous les systèmes informatiques ne sont pas adaptés pour accompagner les personnes dans leur mobilité », regrette l’actuel président du Cese.
« La Charte Marianne a souvent été mise à mal par la RGPP, car la qualité du service n’était pas au rendez-vous », ajoute-t-il. Et de citer l’exemple des délais d’attente dans les préfectures en augmentation alors que se réduisent parallèlement les plages horaires d’ouverture au public…

Absence de dialogue social – Autre critique émise par l’ancien ministre de la Fonction publique et de la réforme de l’Etat : l’absence de préparation des agents de la fonction publique aux différentes réformes issues de la RGPP.
« La RGPP est nécessaire, comme l’adaptation des moyens, mais à condition de prendre le temps de l’appropriation et de la conduite du projet », assure-t-il.
« La pression sur le budget est forte, mais la pression sur le dialogue social est faible. D’où des fonctionnaires qui ne comprennent pas le sens de la RGPP » du fait notamment « de décisions trop rapides », constate-t-il.

Une réflexion trop segmentée – Enfin, celui qui avait également l’aménagement du territoire dans son portefeuille ministériel entre 2002 et 2004, déplore un double fardeau supporté par le secteur local.
Tout d’abord une réorganisation administrative de l’Etat où l’échelon central « abreuve l’administration locale de différentes directives », dans une réforme qui n’aurait pas été « homogène » entre les deux échelons.
Et puis l’incapacité des différents acteurs publics (Etat, collectivités et services publics) à avoir « une réflexion au niveau régional pour réorienter l’offre globale de services publics sur le territoire et non l’offre service par service ».

En pointant du doigt ce problème de gouvernance, Jean-Paul Delevoye égratigne également la réforme territoriale qu’il juge « déconnectée de l’organisation administrative des territoires » et incapable de se poser la seule question qui vaille selon lui pour les acteurs locaux : « Sur notre territoire, quelle est la meilleure organisation possible des services publics ? »

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

« Les décisions de la RGPP sont trop rapides », déplore Jean-Paul Delevoye

Votre e-mail ne sera pas publié

BOB7

02/06/2011 06h21

enfin du bon sens…la RGPP est un véritable massacre pour les services publics, une saignée sans précédent…sur un corps social affaibli.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X