En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV

Logo Gazette.fr

3

Commentaires

Réagir
Imprimer

Retraites des territoriaux : le traitement au cas par cas

Publié le 09/05/2011 • Mis à jour le 19/05/2011 • Par Martine Doriac • dans : Dossiers d'actualité

Imprimer

3

Commentaires

Réagir

© La Gazette

Le nouveau mode de calcul applicable bénéficie à ceux qui ont commencé dans le secteur privé. Dans certaines situations, le départ à la retraite reste possible à 60 ou 65 ans.

Voir le sommaire

Cet article fait partie du dossier

Réforme des retraites : quels effets sur la FPT

 

Références

Retraite de base

La retraite de base correspond au produit du traitement indiciaire de base (sans les primes), du nombre de trimestres liquidables et du taux de liquidation, auquel on applique un coefficient de minoration (décote) ou de majoration (surcote).

Chiffres-clés

Un mode de calcul identique

La pension reste calculée sur le dernier traitement indiciaire (hors primes), versé à l’agent durant au moins 6 mois avant son départ en retraite.

Son indice est multiplié par un pourcentage en fonction du nombre de trimestres acquis (75 % pour une carrière complète), l’activité dans différents régimes étant prise en compte. En 2013, 41 ans et un trimestre d’annuités (165 trimestres) seront nécessaires pour le taux plein.

Bonne nouvelle pour les pluripensionnés qui entrent tardivement dans la fonction publique. Appelés « titulaires sans droits » quand ils n’atteignaient pas les 15 ans de services requis pour bénéficier d’une pension de la Caisse nationale de retraites des agents des collectivités locales (CNRACL), ils peuvent désormais percevoir une retraite proratisée de fonctionnaire après avoir cotisé durant 2 ans.
En contrepartie de cette disposition applicable aux agents radiés des cadres à compter du 1er janvier 2011, la validation de services antérieurs en tant qu’aides, auxiliaires, vacataires ou contractuels d’agents titularisés ne sera plus possible après le 1er janvier 2013. Les fonctionnaires titularisés avant cette date pourront continuer à en bénéficier, s’ils en font la demande dans les 2 ans suivant leur titularisation.

65 ans sans décote – Un autre apport du débat parlementaire concerne surtout les femmes. 5 catégories d’agents continueront à partir à la retraite à 65 ans avec annulation de la décote, sans avoir à attendre le nouvel âge pivot de 67 ans. Il s’agit :

  • des agents handicapés,
  • de ceux ayant interrompu leur activité professionnelle pour se mettre au service d’une personne handicapée au titre d’aidant familial,
  • des parents d’enfants handicapés qui bénéficient d’une majoration de durée de cotisation de cotisation et ont un minimum de trimestres d’assurance,
  • et de ceux qui ont apporté une aide significative à leur enfant bénéficiaire de la prestation compensatoire du handicap,
  • les parents d’au moins trois enfants, nés entre le 1er juillet 1951 et le 31 décembre 1955, ayant interrompu ou réduit leur activité après la naissance ou l’adoption d’au moins un enfant pour se consacrer à son éducation et ayant validé auparavant un nombre minimum de trimestres dans un régime de retraite français ou européen.

Deux ans de plus pour les catégories actives - Alors que les agents des catégories dites « sédentaires » partiront désormais à 62 ans, ceux des catégories « actives » (sapeurs-pompiers, éboueurs…), qui bénéficient d’un départ anticipé en raison de la pénibilité de leur métier, voient, eux aussi, leurs droits à pension repoussés de 2 ans.
La possibilité d’un départ dès 50 ou 55 ans passe à 52 ou 57 ans, à raison de 4 mois par génération : les agents nés avant le 1er juillet 1956 continueront à partir à 55 ans, mais ceux nés après le 1er janvier 2011 ne pourront faire valoir ce droit qu’à 57 ans.

Exerçant un « métier insalubre », les égoutiers nés avant le 1er juillet 1961 pourront toujours partir à 50 ans, tandis que ceux nés après le 1er janvier 1966 partiront à 52.
Entre ces deux dates, l’âge de départ sera relevé de 4 mois par an. La durée minimale de services exigée passe progressivement, en catégorie active, de 15 à 17 ans en 2016 et, pour les métiers insalubres, de 10 à 12 ans.

En raison de ces aménagements propres à la fonction publique pour ces 2 catégories, les dispositions de la réforme des retraites sur la pénibilité, notamment l’abaissement de l’âge d’ouverture du droit pour les assurés dont l’incapacité permanente est au moins égale à un taux fixé par décret, ne s’appliquent pas. Les titulaires ont cependant la possibilité de partir à la retraite pour invalidité sans condition d’âge ni de durée de services.

Départ anticipé maintenu pour les carrières longues - Le dispositif de retraite anticipée pour les carrières longues, applicable au public comme au privé, a été conservé. Depuis la réforme de 2010, il vise les agents ayant commencé à travailler avant 18 ans, au lieu de 16 ou 17 auparavant.
Ainsi, les assurés nés après le 1er janvier 1956 pourront partir à 58 ou 59 ans s’ils ont commencé à travailler à 14 ou 15 ans, et à 60 ans s’ils ont débuté à 16 ou 17 ans. Pour y prétendre, il faut justifier d’une durée d’assurance et d’activité cotisée. Si la carrière est prolongée au-delà de l’âge d’ouverture des droits et de la durée d’activité prévue, la pension sera majorée.

Exemples concrets des conséquences de la réforme des retraites pour les agents territoriaux

Pour une meilleure lisibilité, affichez le lecteur en plein écran

Haut de page

Imprimer

3

Commentaires

Réagir
Publicité

Liens sponsorisés

Tous les fournisseurs

Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Fonction publiqueMétier des fonctions publiquesRetraite

3 Commentaires

Ajouter un commentaire

Du plus récent / Du plus ancien

  1. 1. Yann Aujoud'hui, 09h02

    Transition énergétique en façade et destruction de la nature par les forces armées de l'Etat de l'autre...
    Et les médias dominants, en n'informant pas des violences policières qui ont lieu actuellement contre les oppsants au barrage sont complices!

  2. 2. bazane 30/09/2014, 14h34

    Pour les besoins de sa démonstration JC Mailly inverse la relation de causalité : c'est parce que l'économie des petites villes périclite et que leur population diminue, notamment en raison de la densification urbaine dans les grandes agglomérations, que les services publics de proximité ferment, et non l'inverse.
    Quant à "sauver le service public" : M. Mailly a un égo hypertrophié pour le moins.

  3. 3. sylvie 30/09/2014, 12h43

    Nous confirmons ici notre profond mécontentement quant à la « cannibalisation » des plages de Juan les Pins par ces « paillotes » du bord de mer. En effet, des appartements, nous ne voyons que des toits disgracieux au lieu du sable. Des restaurants du boulevard, impossible d’y voir un grain. Pour la promenade à pied, aucune vue non plus, vue sur les toits avec le gras des friteuses et avec les odeurs de cuisine en plus.

    De plus, de nombreuses plages privées nous empêchent de profiter de la mer, ne respectant pas la loi sur la protection du littoral qui date de 2006 !

    Nous tenons à signaler que contrairement aux dires de ces "plagistes financiers aux grosses Mercedes", la majorité des Antibois sont pour l’application de cette loi. En effet, de nombreux habitants ne vont plus à la mer faute de place durant l’été, voir quittent la ville pendant deux mois, faute de plage disponible gratuitement. D’autres déménagent définitivement devant ce littoral détruit et massacré.

    Aussi, nous espérons que personne reviendra sur cette loi, afin que Juan les Pins retrouve une part de civilité urbaine.

    Rendre les plages à ses habitants nous paraît juste.

    1. Ajouter un commentaire

        Votre e-mail ne sera pas visible

      Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.