Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Culture

Bourgogne. Dijon. La Camerata devient l’orchestre de l’Opéra Dijon

Publié le 04/02/2009 • Par Alexandra Caccivio • dans : Régions

La Camerata obtient un vrai vote de confiance. Le 2 février 2009, le conseil municipal de Dijon a validé le transfert de l’orchestre de l’opéra de Dijon au sein de la Camerata de Bourgogne (statut associatif), en approuvant la convention d’objectifs et de moyens.
Concrètement, ce transfert marque la dissolution de l’orchestre de l’Opéra Dijon, créé il y a 30 ans, dont les 44 musiciens rejoindront tous l’ensemble que dirige le trompettiste Thierry Caens. Dans les trois mois, tous les contrats de travail auront été transférés à la Camerata, de même que les moyens financiers que la ville attribuait jusqu’alors à l’Opéra Dijon (une régie personnalisée). Soit 800.000 euros par an, qui s’ajoutent à la subvention que la Camerata perçoit chaque année (300.000 euros).

Objectif : créer un orchestre à rayonnement régional. Qui, outre les concerts symphoniques et les concerts de musique de chambre qui constituent aujourd’hui le «fonds de commerce» de la Camerata, travaillera aux côtés de l’Opéra Dijon, notamment dans le cadre de ses productions lyriques.

Finie la concurrence
Cette nouvelle donne met fin à la concurrence à laquelle se confrontaient les deux formations, alors qu’elles se positionnaient parfois sur le même «créneau» : la musique symphonique. Une concurrence que l’on pourrait presque qualifier de commerciale car, dans les faits, les deux formations sont composées à 85% des mêmes musiciens.
Au-delà, Thierry Caens est chargé de porter une ambition forte : celle s’élever le niveau de l’orchestre «en harmonisant les pratiques», dit-il. Ce nouveau défi doit contribuer à nourrir le projet que porte Laurent Joyeux : celui d’amener l’Opéra Dijon, qu’il dirige, dans le club des grandes maisons d’opéra en Europe.

Thèmes abordés

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Bourgogne. Dijon. La Camerata devient l’orchestre de l’Opéra Dijon

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X