Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Energie

Ile-de-France. Le Sipperec craint le pire en cas de nouvelle tempête

Publié le 09/02/2009 • Par Olivier Schneid • dans : Régions

L’offensive post-tempête Klaus lancée par la Fédération nationale des collectivités concédantes et régies (FNCCR) contre EDF et sa filiale ERDF se poursuit… « Et si une tempête avait lieu à nouveau sur la région parisienne, combien de familles seraient privées d’électricité ? », s’interroge le 9 février le Syndicat intercommunal de la périphérie de Paris pour l’électricité et les télécommunications (Sipperec), plus grande concession de France avec 1,7 million de clients. Et ce, alors même qu’une nouvelle tempête menace la France cette semaine.

Le Sipperec dénonce les insuffisances du gestionnaire de réseau de distribution d’électricité ERDF en matière d’entretien, de renouvellement et d’enfouissement des lignes. Il regrette ainsi que le montant des investissements de la filiale d’EDF ait « diminué de 22% en euros constants depuis 2001 ». « Malgré une légère reprise en 2007 », concède-t-il.
Il réclame la « disparition » du réseau aérien basse tension (BT) d’ici dix ans (*), en observant qu’il restait encore, fin 2007, 1 341 km de réseau aérien sur le territoire du Sipperec. Et s’étonne de ne pas être traité de la même manière que Paris – qui n’a plus de réseau aérien -, « alors que notre territoire urbain est aussi dense », observe le Sipperec. Il déplore aussi qu’ERDF n’ait jamais communiqué la planification des opérations d’enfouissement qu’il lui réclame depuis 2000. Or, il considère qu’ERDF n’aurait aucune difficulté à financer ces travaux, qu’il évalue à 300 millions d’euros.

Plus grave, le Sipperec accuse son concessionnaire de « s’approprier les provisions » qu’il est tenu d’effectuer pour le renouvellement du réseau, et de préférer affecter ces sommes pour « conforter ses résultats »…

(*) Le réseau moyenne tension (MT) est, lui, totalement enfoui.

Thèmes abordés

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Ile-de-France. Le Sipperec craint le pire en cas de nouvelle tempête

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X