Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • Régions
  • Aquitaine. Les collectivités estiment les dégâts de la tempête Klaus à au moins 2,9 milliards d’euros et réagissent

Environnement

Aquitaine. Les collectivités estiment les dégâts de la tempête Klaus à au moins 2,9 milliards d’euros et réagissent

Publié le 11/02/2009 • Par Claudia Courtois • dans : Régions

A l’occasion des questions au gouvernement, le 4 février, Henri Emmanuelli, président du conseil général des Landes, a demandé une modification de l’arrêté ministériel reconnaissant l’état de catastrophe naturelle pris le 28 janvier. «Cet arrêté limite la nature des dégâts susceptibles d’ouvrir droit à indemnisation et restreint les zones concernées par les effets de la tempête», explique le président (PS) du département des Landes, dans une lettre adressée entre autres au Premier ministre. L’arrêté ne vise que les dommages causés par les inondations, coulées de boues et chocs mécaniques liés à l’action des vagues. «Si normalement le risque tempête est assurable et n’a donc pas à faire l’objet d’un arrêté de catastrophe naturelle, poursuit-il. Le Code des assurances prévoit que cette garantie disparaît quand les vents «ont atteint ou dépassé 145 km/h en moyenne sur 10 minutes». Ce qui a été le cas sur le territoire landais.»
A l’occasion du conseil communautaire de la Communauté d’agglomération du Grand Dax, le 5 février, les élus ont abondé dans ce sens : ils «souhaitent appeler l’attention du Premier ministre sur le champ trop restrictif des dispositions de cet arrêté. «Ce sont pourtant des vents violents qui ont causé les dommages les plus importants, tant sur les bâtiments publics que sur les véhicules ou les voiries», expliquent-ils.

2,9 milliards d’euros de dégâts, au moins
Les dernières estimations font état de 100 millions d’euros de dégâts en agriculture, d’1,5 milliard pour la sylviculture et d’1,3 milliard pour les dégâts généraux (particuliers et entreprises). Soit au moins 2,9 milliards d’euros.
De son côté, le président de la région Aquitaine, Alain Rousset (PS), a reçu, lundi 9 février à Bordeaux, les représentants des filières professionnelles touchées par la tempête. Il a annoncé que la prochaine commission permanente, le 16 février, consacrera 20 millions d’euros, dédiés notamment aux réparations des serres en Lot-et-Garonne, à la formation de bûcherons, à l’accompagnement de groupements d’employeurs et d’agriculteurs en manque de trésorerie.

Plan d’actions pour la filière bois
Pour ce qui concerne la filière bois, la plus touchée économiquement – 40 à 50 millions de m3 perdus selon les estimations les plus récentes contre 25 millions en 1999 – des unités de stockage devraient être construites dans les mois à venir, financées au moins par la région et l’Etat. Alain Rousset, comme Philippe Madrelle, président (PS) du département de la Gironde, souhaitent également une réflexion sur l’évolution de la filière industrielle, insuffisamment présente dans le secteur des produits finis, et inciter l’utilisation du pin des Landes dans le bâtiment : en tant que député girondin, il compte proposer un projet de loi afin de promouvoir la construction bois.
Pour le financement, il compte sur le report des avantages fiscaux de la loi de Robien sur ce type de construction. «On a tout ce qu’il faut ici pour construire une maison-bois et obtenir une valorisation plus intéressante du pin», a-t-il lancé devant des professionnels du bois, acquis à la cause. Afin d’améliorer la communication sur ce matériau naturel peu connu, surtout dans le bâtiment, le président de région voudrait lancer un concours du design de meubles en pin des Landes.
Inspirée de l’organisation adoptée suite à la tempête de 1999, une équipe technique composée d’agents de la région et de professionnels fera l’interface avec les collectivités, l’Etat et les structures économiques et professionnelles. Une SEM devrait bientôt voir le jour pour organiser et financer des unités de stockage, qui seront plus nombreuses et plus au sud qu’en 1999.

Aides départementales au communes et EPCI
Le conseil général propose aux communes et structures de coopération intercommunale, pour leurs bâtiments et équipements, des conditions particulières d’aide pour la réalisation de travaux visant à prendre en compte les dégâts occasionnés par les intempéries reconnues catastrophe naturelle, à savoir un déplafonnement du montant des travaux, une éligibilité des travaux effectués en régie, uniquement pour la valeur des matériaux achetés, une prise en compte des dépenses antérieurement au dépôt de la demande, dans la mesure où on est sûr qu’elles ont été occasionnées par les intempéries.
Quand il s’agit de réparation de la voirie communale ou intercommunale, le département propose des conditions particulières d’aide aux communes et intercommunalités : déplafonnement du montant des travaux, dérogation à la règle d’une opération subventionnable par période de trois ans et une exécution des travaux dans un délai très rapide (18 mois maximum).

Soutiens aux démunis
A l’attention des publics démunis, un fond social tempête est créé afin de répondre, dans une procédure dérogatoire et accélérée, aux difficultés sociales provoquées par la tempête chez les Girondins en situation précaire. Un dispositif sur six mois, pour remarquer et financer des travaux dans des habitations modestes (propriétaires ou locataires), non pris en charge par les assurances ou partiellement, va être rapidement mis en place. Une enveloppe globale de 37 500 euros.
Un bureau d’études spécialisé dans la mise en oeuvre de dispositif habitat de type OPAH sera retenu dans le cadre d’une procédure de marché public négocié. Il sera chargé d’assister les personnes sinistrées sur le plan technique, financier et administratif. La collectivité locale compte également subventionner des entreprises de travaux forestiers en mal de trésorerie ou/et de formation, aider à l’investissement matériel, proposer des garanties d‘emprunt sur l’acquisition et le développement de nouveaux équipements, des missions d’expertises ciblées en fonction des besoins identifiés et des avances remboursables pour le secteur de la scierie.

Enfin, le département souhaite un assouplissement des règles de zonage des Aides à finalité régionale (AFR). Le conseil général demande le renouvellement du classement en zonage AFR, des 15 communes (de Captieux à La Réole) qui étaient classées en zonage transitoire jusqu’à fin décembre 2008.
Les ostréiculteurs seront également aidés : subventions (100 000 euros) entre région et département, pour financer du personnel mis à disposition en urgence pour remettre les parcs en ordre. Le département a rappelé sa volonté de relancer une nurserie de coquillage sur le bassin d’Arcachon, pour mettre en place une structure opérationnelle si possible dès 2010 ; et le projet de fond de garantie des projets d’installation, de restructuration et de développement du secteur, toujours pas financé.

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Aquitaine. Les collectivités estiment les dégâts de la tempête Klaus à au moins 2,9 milliards d’euros et réagissent

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X