Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • Europe
  • Intégration du marché de l’énergie : les députés menacent de quitter les négociations

Energie

Intégration du marché de l’énergie : les députés menacent de quitter les négociations

Publié le 13/02/2009 • Par Euractiv.fr • dans : Europe

Alors que les discussions entre le Parlement, l’exécutif européen et la présidence tchèque de l’UE semblent dans l’impasse, les eurodéputés envisagent de quitter la table des négociations sur l’ouverture des marchés européens du gaz et de l’électricité.
Selon Alejo Vidal-Quadras (PPE-ED), rapporteur chargé d’une des directives du paquet, les eurodéputés devraient quitter les négociations si, lors de la prochaine réunion, les progrès se révélaient insuffisants sur la question de la dissociation patrimoniale des opérateurs énergétiques. Antonio Mussa (UEN), rapporteur sur le marché du gaz naturel, a au contraire déclaré que le Parlement devrait se préparer à une seconde lecture.
Les eurodéputés souhaitent que la protection des consommateurs et la pauvreté énergétique figurent sur l’agenda, aux côtés de la dissociation. Ils sont également en désaccord quant à l’ordre des sujets à débattre. La commission énergie du Parlement européen s’est plainte du fait que le Conseil avait refusé d’examiner certaines questions moins controversées avant de se pencher sur la dissociation.

Un représentant de la présidence tchèque a repoussé les accusations selon lesquelles il s’agirait là d’une stratégie de négociation. Il a insisté sur le fait que le Conseil coopérait pleinement avec le Parlement européen mais qu’il avait besoin de préserver une certaine marge de manoeuvre étant données les difficultés que les 27 avaient rencontré pour parvenir à une position commune.
Il a admis que le temps pressait tout en déclarant que les institutions avaient un emploi du temps réaliste. «Trouver un accord sur le paquet figure toujours parmi les priorités de la présidence tchèque», a-t-il ajouté.

Le temps est désormais compté : les institutions n’ont en effet plus que quatre semaines pour trouver un accord si elles souhaitent clore le dossier avant que le Parlement ne soit en vacances pour les élections de juin.
Les eurodéputés ont exprimé leur déception à l’égard de la présidence tchèque de l’UE l’accusant de manquer de respect vis-à-vis du co-législateur de l’Union dans le débat sur le 3e paquet sur la libéralisation du marché énergétique.

Le 12 février, au cours d’un débat à la commission de l’Industrie, de la recherche et de l’énergie du Parlement (ITRE), ils ont déclaré que la présidence ne coopèrait pas, non seulement sur ce dossier, mais également sur la question des télécommunications et sur la directive sur le temps de travail.
«Nous avons un mandat démocratique», a déclaré Eluned Morgan (PSE), rapporteur sur le marché intérieur de l’électricité, soulignant qu’il était temps que le Conseil reconnaisse le Parlement comme étant le représentant des citoyens européens, en particulier des consommateurs.

A la suite des négociations tripartites houleuses de la semaine dernière, les députés ont montré leur vif mécontentement à l’égard du Conseil, a confié une source proche du dossier. Les eurodéputés considèrent désormais la réunion du 18 février 2009 comme un point de non retour.
La question de la dissociation des structures de propriété reste au centre du différend. Le Parlement soutient une dissociation complète des entreprises verticalement intégrées qui contrôlent à la fois la production de l’électricité et la distribution des actifs.

Par opposition, sous la pression de la France et de l’Allemagne, le Conseil propose une 3e solution : donner aux anciens monopoles d’Etat le droit de conserver la propriété de leurs réseaux de gaz et d’électricité, en prévoyant qu’ils seront soumis à une supervision extérieure. La France et l’Allemagne ont fortement influencé cette position. Les deux pays doivent en effet prendre en compte les intérêts de leurs géants énergétiques : EDF et GDF en France, E.ON et RWE en Allemagne.

Les eurodéputés ont déclaré qu’ils s’étaient à plusieurs reprises montrés prêts à conclure un compromis. Le Conseil refuse, quant à lui, de changer d’avis, pas seulement sur la question de la dissociation des structures de propriété, mais également sur les investissements étrangers (la «clause Gazprom»), les compteurs intelligents et les compétences des autorités nationales de régulation, que le Parlement considère comme entièrement indépendantes de la supervision gouvernementale.

Thèmes abordés

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Intégration du marché de l’énergie : les députés menacent de quitter les négociations

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X