Lagazette.fr

Publicité


0

Commentaire

Réagir
Imprimer

Formation professionnelle

Bénéficiaires du DIF dans la FPT : augmentation lente mais régulière

Publié le 30/03/2011 • Par Agathe Vovard • dans : Actu Emploi, France

Imprimer

0

Commentaire

Réagir

Un rapport sur la mise en oeuvre du Droit individuel à la formation (DIF) que le CNFPT vient de publier révèle une surreprésentation des catégorie A et B, des bénéficiaires qui sont surtout des femmes (1/3). Et les formations sont surtout sollicitées pour se préparer aux concours et examens professionnels (1/4).

 

Doucement mais sûrement ? Avec 13.281 conventions DIF transmises au CNFPT entre février 2008 et décembre 2009, cette étude communiquée le 28 mars 2011 fait état d’une montée en puissance « lente mais régulière » du nombre de conventions DIF.
Et pour 2010, « le volume (…) devrait être supérieur au cumul des années 2008 et 2009, soit plus de 10 à 12 000 conventions ».

Qui a recours au DIF ? Grâce à son enquête, le CNFPT permet aussi d’en savoir un peu plus sur les bénéficiaires de ce droit à la formation créé en 2007.

Près de 2/3 des conventions DIF concernent des femmes. Rien de très étonnant à première vue, puisque la gent féminine représente 59% des agents. Mais le taux de femmes ayant signé une convention DIF (64%) est « sensiblement supérieur » à leur proportion, souligne l’étude.

De même, les agents de 40 à 49 ans – les plus nombreux dans la FPT – sont également ceux qui ont le plus utilisé ce nouveau droit.
De leur côté, les moins de 29 ans et les plus de 50 ans mobilisent moins le DIF comparé à leur poids réel dans la FPT : 8,2% des conventions DIF concernent des personnes de moins de 29 ans, alors qu’elles représentent 12,8% du total des agents par exemple.

Surreprésentation des A et des B

A l’examen de la catégorie des agents, il apparaît que les A et B sont surreprésentés par rapport à leur poids dans la fonction publique territoriale.

Les agents des filières administrative et technique sont les plus grands utilisateurs de DIF. « Toutefois et comparativement à leur poids respectif dans la FPT, les adjoints administratifs ont davantage contractualisé que leurs collègues de la filière technique », précise l’étude.

A noter aussi: les agents de la filière animation, qui représentent 6% du total des agents, ne concernent que 3,4% des conventions DIF.

Surtout les concours et examens professionnels

Les formations de préparation aux concours et examens professionnels représentent à elles seuls près du quart des conventions.

Le domaine de formation le plus représenté est « le pilotage, le management et la gestion des ressources » (30,1% des conventions DIF), avec plus précisément surtout des formations en « informatique et bureautique » (8%) et en « ressources humaines » (5,7%).

Par ailleurs, 56,4% des conventions sont signées par des communes, 18,7% par des départements et 4,1% par des régions. Des chiffres en conformité avec la part des effectifs de ces niveaux de collectivités.
« A 2 ou 3% près, on n’observe pas de distorsion majeure entre la distribution des conventions DIF et celle des effectifs par employeurs », précise en effet l’étude, les agents notamment des CCAS, des CIAS et des OPH mobilisant peu le DIF comparé à leur poids dans la FPT.

Une dizaine seulement de collectivités
Mais les experts du CNFPT observent aussi un phénomène de concentration des conventions sur quelques collectivités:

  • une région,
  • un département,
  • une communauté urbaine,
  • un SDIS,
  • 6 communes.

En effet, ces 10 collectivités, dont l’étude ne révèle pas les noms, ont signé plus de 20% du total des DIF.

Haut de page

Imprimer

0

Commentaire

Réagir
Publicité

Liens sponsorisés

Tous les fournisseurs

Publicité

Mots-clés

Thèmes abordés ConcoursEmploiFonction publiqueFormationInformatiqueIntercommunalitéLogement