Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Urbanisme

Entrée en vigueur de la réforme

Publié le 27/02/2009 • Par La Rédaction • dans : Réponses ministérielles

Des dispositions transitoires pour les ouvertures de surfaces commerciales ont été prévues dans l’attente de la publication du décret d’application de la loi LME du 4 août 2008.
Il a été procédé à un certain nombre d’extensions de magasins ou d’ensembles commerciaux pendant la période transitoire comprise entre la publication, le 5 août 2008, de la loi n° 2008-776 du 4 août 2008 de modernisation de l’économie (LME), et l’entrée en vigueur, le 26 novembre suivant, du décret n° 2008-1212 du 24 novembre 2008 relatif à l’aménagement commercial. Ces projets ont été réalisés sur le fondement des dispositions du XXIX de l’article 102 de la loi précitée aux termes desquels, dès la publication de la loi, «les projets portant sur une superficie inférieure à 1.000 mètres carrés n'[étaient] plus soumis à l’examen de la commission départementale d’équipement commercial ou de la Commission nationale d’équipement commercial».

La relative complexité du dispositif transitoire, institué par ce paragraphe XXIX et conçu comme un ensemble de dérogations à l’application régulière de la loi du 4 août 2008, a suscité des interprétations contradictoires, conduisant à de considérables difficultés pratiques. En effet, dès la publication de la LME, la question s’est posée de savoir si seuls les projets portant sur des magasins ou des ensembles commerciaux n’ayant pas vocation à dépasser une surface de vente de 1.000 mètres carrés du fait de la réalisation du projet étaient dispensés d’autorisation d’exploitation commerciale.

Il est apparu dans un premier temps qu’une application littérale des dispositions précitées n’apportait aucune restriction qui tiendrait à la surface de vente initiale des commerces concernés ou à la nature du projet. Toutefois, le Gouvernement a rappelé dans une circulaire datée du 24 octobre 2008 que, par ces dispositions transitoires, le Parlement avait entendu anticiper l’application du nouveau dispositif, en écartant la procédure d’autorisation pour les seules opérations devant y échapper après l’entrée en vigueur de la totalité de l’article 102 de la loi de modernisation de l’économie. Cette dernière instruction prévoit en outre, afin de garantir la sécurité juridique des opérations effectuées depuis la publication de la loi du 4 août 2008, d’inviter les opérateurs concernés à solliciter la régularisation éventuellement nécessaire.

S’agissant des projets qui ont été effectivement réalisés, le Gouvernement tient à souligner que toute création de surface de vente devait également satisfaire aux exigences prévues par d’autres dispositifs que celui de l’urbanisme commercial. Ainsi, toute ouverture au public devait respecter les obligations posées par le code de la construction et de l’habitation en matière de sécurité et d’accessibilité aux personnes handicapées des établissements recevant du public.

Par ailleurs, il s’agira de vérifier que les commerces n’ont pas étendu leur surface de vente sur des locaux ou des emplacements non destinés à la vente au public, tels que les parcs de stationnement, puisque, dans le cas contraire, ces opérations devaient s’analyser exclusivement sous l’angle de la législation relative aux ventes au déballage prévue par l’article L. 310-2 du code de commerce. Pour les projets ayant satisfait aux conditions qui viennent d’être évoquées, il sera fait application de l’obligation de déclaration prévue au II de l’article 3 du décret relatif à l’aménagement commercial selon lequel «tout projet d’extension d’un ensemble commercial qui n’était pas soumis à une autorisation d’exploitation commerciale conformément au XXIX de l’article 102 de la loi n° 2008-776 du 4 août 2008 fait l’objet, postérieurement à sa réalisation, d’une déclaration enregistrée auprès des services de l’État chargés du commerce […]». Les projets portant sur des magasins isolés devront également faire l’objet de cette déclaration.

Références

QE de Jean Sébastien Vialatte, JO de l'Assemblée nationale du 24 février 2009, n° 38407

Domaines juridiques

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Entrée en vigueur de la réforme

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X