Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Editorial] Fonction publique

Un cavalier législatif bien vite désarçonné

Publié le 14/09/2018 • Par Jean-Marc Joannès • dans : France

Conseil constitutionnel
Mbzt_Flickr_cc
Trois considérants (69 à 71), lapidaires, auront suffi pour faire tomber l’un des chevaux de bataille du gouvernement : ouvrir le recrutement direct sur des postes de direction générale de la fonction publique d’Etat, de l’hospitalière et des collectivités territoriales. Une véritable défaite ou juste un galop d'essai ?

Ouvrir, sans limite ni quota, ces fonctions aux contractuels dans un texte qui s’adresse essentiellement au secteur privé, c’est bien un cavalier législatif selon le Conseil constitutionnel.

Sans se prononcer sur le fond, le gardien de la Constitution fustige surtout la méthode, quelque peu cavalière, employée par le gouvernement. Lequel continue à vouloir mener ses réformes, notamment les plus symboliques, à bride abattue.

Savoir tomber

« Ce n’est pas assez de savoir monter à cheval, il faut aussi savoir tomber », selon le dicton. Le gouvernement, qui a péché par excès de confiance, a bel et bien reçu un bon coup de sabot. Au nom de l’urgence, on ne peut pas contourner impunément la procédure parlementaire (art. 45 de la Constitution). Hors de question d’introduire en première lecture des amendements, et de les faire voter en quelques minutes, à trois heures du matin, la veille d’un week-end. Une méthode qui avait valu à ces amendements d’être qualifiés de « scélérats ».

Se remettre en selle

Les associations professionnelles de territoriaux les plus opposées à l’ouverture des postes de direction générale aux contractuels crient victoire. Elles souhaitent que s’amorce désormais un « vrai dialogue », à reconstruire après les tensions. Le secrétariat d’Etat chargé de la Fonction publique semble, lui, suivre cet autre adage : « Quand on tombe de cheval, la meilleure chose à faire est de remonter aussitôt en selle. » Il assure rester « mobilisé sur cet objectif  ».

Refusant de commenter la décision des Sages, il annonce que le dispositif intégrera le projet de loi sur la fonction publique, présenté au premier semestre 2019. « La concertation continue avec les organisations syndicales et les employeurs territoriaux. » Faut-il comprendre, en creux, sans les associations professionnelles ?

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Un cavalier législatif bien vite désarçonné

Votre e-mail ne sera pas publié

Henri Tanson

17/09/2018 07h32

Plutôt que de réformer, il est en fait question de supprimer, à terme, la Fonction publique.
L’ouverture, sans limite, à l’embauche de contractuels, est un des éléments (parmi tant d’autres) qui permettra la privatisation de tout ce qui est public, en accord avec l’article 106 du Traité de Fonctionnement de l’Union européenne.
Et si cette mesure a été rétorquée, ce n’est pas sur le fond mais sur la manière : « cavalier législatif ».
Elle sera adoptée plus tard; patience.
C’est vers un changement assez radical de société, que nous allons; et nous n’avons jamais donné notre avis !
Cherchez l’erreur.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X