Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Parlement

Rentrée offensive pour Gérard Larcher, porte-parole du bicamérisme et des départements

Publié le 07/09/2018 • Par Aurélien Hélias • dans : France

Gerard-LARCHER
Valerio VINCENZO
Très remonté contre l’exécutif, le président du Sénat veut tout même faire du Palais du Luxembourg un facilitateur pour qu’Etat et collectivités renouent les liens. Mais la bonne volonté affichée de Gérard Larcher est conditionnée : le Palais du Luxembourg ne veut pas d’une révision constitutionnelle qui affaiblirait le Sénat ni d’un d’une France qui verrait les métropoles prendre indéfiniment le dessus sur les départements.

Dans les dossiers brûlants opposant l’exécutif au Sénat, la révision constitutionnelle, dont l’examen devrait reprendre « à l’hiver » selon le Premier ministre, tient une bonne place. Très offensif à l’endroit de l’exécutif et volontiers « chambreur » à l’occasion de sa conférence de presse de rentrée le 6 septembre – « La réforme constitutionnelle s’est arrêtée place de la contrescarpe… » en référence à l’affaire Benalla- , Gérard Larcher a voulu se montrer constant. Il n’est pas opposé à la révision de la loi fondamentale, mais sous trois conditions : « pas d’atteinte aux droits du Parlement et au bicamérisme, ce qui n’interdit pas de la moderniser ; la juste représentation de tous les territoires tout en conduisant réduction raisonnée du nombre de parlementaires ; et l’examen en bloc des textes constitutionnel, organique et ordinaire » qui forment la réforme des institutions.

« J’attends encore une réponse du Gouvernement », glisse le patron des sénateurs, qui compte bien obtenir un chiffre de compromis entre les 240 sièges de sénateurs que prévoit la réforme et les 348 existants à ce jour. Et de rappeler que l’accord du Sénat est nécessaire pour tout ce qui concerne la baisse du nombre de sénateurs, selon … Lisez la suite sur le Courrier des maires.

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Rentrée offensive pour Gérard Larcher, porte-parole du bicamérisme et des départements

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X