Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Billet

CDC-Banque Postale : vraiment l’émergence d’un grand pôle financier public ?

Publié le 07/09/2018 • Par Cédric Néau • dans : A la Une finances, Billets finances, France

Banque-postale-cdc
D.R.
Retrouvez l'édito du Club Finances chaque vendredi. Cette semaine, petit retour sur le rapprochement entre la Poste et la Caisse des dépôts réalisé sous le patronage de Bercy. Ce nouveau pôle pourrait entraîner une évolution notable du marché public de la dette locale à terme. Mais avant de devenir grand, ce pôle doit régler le sort d’un partenaire très proche : SFIL-CAFFIL…

Cette fois, la Banque des territoires de la Caisse des dépôts (CDC) a tout pour bien porter son nom. Annoncée en avril, puis lancée officiellement le 30 mai, cette nouvelle entité « n’était pas une banque au sens légal », selon les propres termes de son directeur général Eric Lombard, mais plutôt un guichet unique tourné vers les clients publics de la CDC.

Toutefois, la prise de contrôle de la Poste par la CDC annoncée en grande pompe le 30 août dernier sous le parrainage de Bercy pourrait changer à terme le paysage de l’offre de la dette locale. Dans la dot de mariage, la Banque postale va bénéficier d’un nouvel élan, notamment en devenant une banque-assureur, via la prise des 42 % de parts de la CNP Assurances détenues par la CDC, portant ainsi la part de la Banque postale à plus de 55 % du capital de la CNP.

Un vrai statut de banque

Le rapprochement de la Banque Postale et de la CDC permet surtout à cette dernière de donner potentiellement chair commerciale et juridique à cette Banque des territoires qui n’était donc jusqu’à présent qu’une coquille quasi-vide. Sans parler encore de fusion, Eric Lombard ne cache pas que cette réorganisation « permettra d’augmenter les synergies entre les deux maisons » et qu’elles deviendront à terme « plus complémentaires ».

Il se dessine ainsi peu à peu une vraie entité publique ardemment souhaitée par la Cour des comptes qui appelait dans un rapport publié le 21 mars 2017 à une clarification urgente du rôle des acteurs publics sur un marché de la dette locale désormais saturé d’offreurs.

« Comme c’était pressenti, on se dirige vers une organisation triangulaire avec une Banque Postale portée vers les particuliers, une Banque des territoires tournée vers les acteurs publics et BPI vers l’international », résume un expert du secteur. L’émergence de ce nouvel acteur public est déjà surveillée par ses concurrents privés ou para-publics comme l’AFL, par l’Etat, mais aussi par L’UE, qui ne conçoit l’offre publique que dans le cas de la défaillance du privé. Cette consolidation devrait donc avoir des conséquences sur la structure d’un marché de la dette locale atone et en sur-liquidité, mais peut-être aussi sur les offres elles-mêmes. La puissance d’une telle entité, hyper-garantie par l’Etat, pourrait enfin pousser les acteurs privés à hurler à la distorsion de concurrence à l’oreille de Bruxelles…

SFIL du mauvais coton…

Toutefois, avant de rêver de leadership, le pôle public devra d’abord clarifier le rôle de SFIL-CAFFIL dans sa stratégie. Cette banque dotée de l’agrément de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) qui refinance les prêts proposés par la Banque Postale aux collectivités locales est à la fois son ossature, mais aussi le point faible du duo Banque Postale-CDC, tous deux actionnaires de SFIL (à hauteur de 5 % pour le premier et de 20 % pour le second). Le rapport de la Cour des comptes avait montré l’an dernier toutes ses carences : retard dans son évolution de rentabilité, sur-rémunération de ses cadres, incertitudes réglementaires, capitalistiques et juridiques, stratégie de diversification coûteuse, position sur le marché remise en question par l’UE, etc. Or en dépit de tous ces problèmes, la Banque Postale a pour le moment obligation de passer par ce partenaire un peu encombrant. SFIL, c’est en quelque sorte ce cousin qu’on ne voulait pas inviter au mariage.

Des questions sans réponses

Aussi beaucoup de questions restent en suspens : SFIL restera-t-il le véhicule bancaire du pôle ? Ce dernier voudra-t-il augmenter sa participation via une recapitalisation ? Si la dérogation accordée aux banques de développement concernant le ratio de levier pourrait être maintenue en 2019 – évitant ainsi à SFIL une recapitalisation sous contrainte – le nouveau groupe fera-t-il pour autant l’impasse sur une révision en profondeur de son organisation et sur la clarification du rôle de chacune de ses entités ?

Le « pôle financier public » décrit par le ministre de l’Economie et des Finances Bruno le Maire doit encore répondre à toutes ces questions avant de devenir « grand ».

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

CDC-Banque Postale : vraiment l’émergence d’un grand pôle financier public ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X