Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Tourisme

« Village préféré des Français », aubaine ou cadeau empoisonné ?

Publié le 03/09/2018 • Par Géraldine Langlois • dans : France

village
Flickr CC by decar66
Cassel, une commune du Nord de la France, a été élue en juin « Village préféré des Français ». Une bonne nouvelle pour elle, comme pour les six autres villages déjà primés. Après la diffusion du résultat de cette « élection » annuelle sur France2, les visiteurs ont afflué pendant tout l'été. Pour le meilleur, mais pas seulement.

De nombreux habitants de Cassel, charmant village perché sur un mont des Flandres, ont joyeusement fêté l’élection de leur commune annoncée par Stéphane Bern dans l’émission « Le village préféré des Français » en juin dernier.

L’émission rencontre son public puisqu’elle réunit chaque année 3 à 5 millions de téléspectateurs, explique la productrice Valérie Inizan.

Corolaire de cette visibilité médiatique, la notoriété des villages élus -déjà assez touristiques- bondit automatiquement, ce qu’apprécient les élus.

Par exemple, le nombre de visiteurs à Cassel a augmenté quasi immédiatement, note Fabrice Duhoo, adjoint chargé de l’essor économique et de la culture. « L’office de tourisme a enregistré une augmentation des sollicitations de 95% en juillet et 108% en août par rapport à 2017 », ajoute-t-il.

Du succès pour les commerces, peu de finances supplémentaires pour les communes

Cet afflux de visiteurs se répercute naturellement sur l’activité et le chiffre d’affaires des acteurs privés du tourisme (hôteliers, restaurateurs, loueurs particuliers de logements) et les commerces de produits locaux, souvenirs ou cadeaux. Les communes, elles, engrangent, cependant peu de revenus supplémentaires.

A part si elle décide, comme à Kaysersberg, de rendre le stationnement payant pour les visiteurs. Ce qui lui rapporte 400 à 600 000 € par an, indique Pascal Lohr.

Et pour cause, le stationnement constitue la première problématique à laquelle les villages, généralement accessibles seulement en voiture et souvent sillonnés de petites rues, doivent faire face. « Nous avons dû faire en catastrophe des parkings supplémentaires, ce qui a généré des frais importants », se souvient Roland Garreau.

Pour sa part, Cassel projette de créer un parking de 200 places à l’entrée du village et de rénover son aire pour camping-cars… De fait, cette désignation télévisuelle semble faciliter l’obtention de subventions pour réaliser ce type d’investissement. A Saint-Cirq, elles ont permis aussi de déplacer la mairie pour développer l’office du tourisme et mettre certains équipements en conformité.

Le maire de Kaysersberg évoque par ailleurs la charge financière et les contraintes pour les habitants que génèrent les règles et périmètres de sécurité qui s’appliquent durant son grand marché de Noël…

Des villages qui changent

Mais au-delà de la « fierté » de voir les atouts de la commune reconnus et  de l’effet fédérateurde l’annonce du résultat, évoqué par l’édile de Kaysersberg – qui a sauté dans la fontaine ce soir-là – , la modification de l’atmosphère de certains villages ne fait pas que des heureux.

Les élus doivent ainsi jongler pour accueillir les visiteurs dans des conditions satisfaisantes… tout en maintenant la qualité de vie de leurs habitants. A Kaysersberg, quasiment tous les rez-de-chaussées des maisons anciennes sont désormais occupés par des commerces en tout genre. Difficile de réguler l’offre commerciale, « la législation est défavorable aux maires en la matière », constate Pascal Lhor.

A Saint-Cirq, souligne Roland Garreau, « petit à petit les maisons du village deviennent des boutiques qui ouvrent en avril et ferment en novembre », ce qui ne permet pas à la commune d’engranger leurs contributions fiscales. Certains habitants, dérangés jusque dans leurs maisons par les touristes, ont préféré s’installer à l’extérieur du village… et proposer leur maison en location touristique.

Muséification

Certains propriétaires de Kaysersberg ne prennent pas cette peine et laissent vacants les étages de nombreuses maisons anciennes, chères à mettre aux normes et moins rentables que les commerces… Ici ou là, les taxes de séjour ne sont pas non plus toujours reversées.

« Malheureusement, Saint-Cirq devient un village de boutiques, un village-musée », regrette l’adjoint. Le dynamisme commercial, souvent relatif ou temporaire, ne s’accompagne donc pas forcément d’un développement du village. Peut-être cela dépend-il de la taille du village.

Fabrice Dehoo espère en tout cas que le nouvel élan touristique de Cassel créera des emplois et contribuera à attirer de nouveaux habitants et de nouveaux commerces. Plusieurs maires de « villages préférés des Français » envisagent de créer une association pour partager leur expérience.

*Morgane productions demande toujours l’accord des maires avant d’officialiser les candidatures. Les votes sont effectués par SMS ou téléphone via des numéros surtaxés.

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« Village préféré des Français », aubaine ou cadeau empoisonné ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X