Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Energie

La Commission soupçonne EDF d’abus de position dominante

Publié le 13/03/2009 • Par Euractiv.fr • dans : A la une, Europe

La Commission européenne a indiqué avoir perquisitionné le 10 mars 2009 les locaux du géant français de l’électricité EDF qu’elle soupçonne d’abus de position dominante sur le marché. Le même jour, l’exécutif européen a élargi son enquête sur les tarifs réglementés de l’électricité en France.

Le 10 mars 2009, des fonctionnaires des services de la Commission ont effectué des perquisitions surprises dans les locaux d’EDF. La Commission estime, en effet, « qu’elle a des raisons de penser qu’EDF aurait enfreint les règles du traité CE qui interdisent l’abus de position dominante. Elle soupçonne EDF d’être « l’instigateur potentiel d’une hausse des prix sur le marché de gros de l’électricité en France. »
Les fonctionnaires de la Commission ont été accompagnés, pour ces inspections, de leurs homologues de l’autorité de la concurrence française.

Ces perquisitions constituent une étape préliminaire pour enquêter sur un abus de position dominante. « Le fait que la Commission organise de telles inspections ne signifie pas que l’entreprise concernée est coupable d’agissements anticoncurrentiels et ne préjuge pas de l’issue de l’enquête proprement dite. La Commission respecte les droits de la défense, en particulier le droit des entreprises à être entendues dans les procédures en matière d’ententes et de positions dominantes », précise le communiqué http://europa.eu/rapid/pressReleasesAction.do?reference=MEMO/09/104&format=HTML&aged=0&language=FR&guiLanguage=en de l’exécutif européen.
Les enquêtes antitrust ne sont pas soumises à des délais stricts. Leur durée est fonction d’un certain nombre d’éléments, notamment la complexité de l’affaire, le degré de coopération des entreprises concernées et l’exercice des droits de la défense.

« Deux procédures différentes »
Le même jour (10 mars) la Commission européenne a élargi son enquête sur les tarifs réglementés de l’électricité en France. «Ces deux procédures sont totalement distinctes», a indiqué le porte parole de la DG concurrence le 11 mars. Chez EDF on s’interroge. Cette nouvelle initiative de la Commission européenne porte sur la prolongation du système des «tarifs de retour» (ou TARTAM) jusqu’en juin 2010. Un mécanisme qui permet à certaines entreprises de bénéficier des tarifs réglementés de l’électricité.

La Commission dirigée par l’ancien président de l’ARCEP, Paul Champsaur, chargée de remettre à plat les tarifs réglementés d’électricité, devrait rendre ses conclusions prochainement. Aucune information précise sur ce rapport ne filtrant pour le moment, Bruxelles chercherait peut-être à faire pression sur le gouvernement français pour renoncer aux tarifs réglementés, deux mois avant les élections européennes et le changement de mandat de la Commission.
Pourquoi une telle multiplication des enquêtes sur le marché européen de l’électricité ? Olivier Rousse, chercheur au CREDEN, rappelle que « L’électricité n’est pas une marchandise comme une autre. Ses spécificités technico-économiques (surtout la demande qui est presque parfaitement inélastique) augmentent les risques d’exercice d’un pouvoir de marché».

L’enquête ouverte sur EDF concerne plus précisément les marchés de gros sur lesquels « le prix est fixé selon une enchère à prix uniforme (c’est la dernière centrale appelée qui fixe le prix de marché et chaque centrale reçoit ce prix). La stratégie de rétention de capacité est la stratégie d’exercice
d’un pouvoir de marché la plus utilisée sur les marchés de gros de l’électricité. De telles stratégies d’exercice d’un pouvoir de marché ont été déjà mises en évidence (Pays de Galles, Californie, PJM, …)» selon le chercheur.
«EDF a une position dominante sur le marché de gros de l’électricité français, mais cela ne veut pas dire qu’EDF exerce son pouvoir de marché, explique le chercheur. Ajoutant que la détection de ce type de stratégie est malaisée pour les autorités de la concurrence car les concurrents d’EDF n’iront pas la dénoncer puisque cette stratégie leur profite également (chaque producteur étant rémunéré selon l’offre de prix de la dernière centrale appelée)».

Thèmes abordés

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La Commission soupçonne EDF d’abus de position dominante

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X