Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Malaise policier

Sécurité publique : les chiffres à retenir du rapport Grosdidier

Publié le 04/07/2018 • Par Julie Clair-Robelet • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu experts prévention sécurité, France

baisse du moral1
Adobe Stock
Taux de suicides très élevé, hausse des heures supplémentaires, séances de tir non réalisées... Dans son rapport sur l'état des forces de sécurité intérieure, la commission d'enquête sénatoriale présidée par Michel Boutant (PS) pointe plusieurs chiffres révélateurs des difficultés rencontrées par les policiers et les gendarmes.

La police et la gendarmerie « traversent incontestablement une véritable crise, qui met en péril le bon fonctionnement du service public ». Chiffres à l’appui, le sénateur (LR) François Grosdidier a dressé le 3 juillet dernier un tableau extrêmement sombre du « malaise des forces de sécurité ».

Soulignant un manque de moyens et « un esprit de corps policier défaillant », ils dressent en quelques chiffres le portrait de forces de sécurité à bout de souffle.

  • Malaise des forces de sécurité : les polices municipales en appui ?

Voici les chiffres à retenir de ce rapport qui vise à tirer la sonnette d’alarme.

50 suicides dans les rangs de la police

Le taux de suicide anormalement élevé constitue l’un des révélateur de l’état moral dégradé dans la police et la gendarmerie. Dans la police, ce taux est ainsi supérieur de 36% à celui de la population générale. Une tendance inquiétante, selon les sénateurs, qui préconisent notamment de « faciliter l’accès des policiers à des dispositifs de soutien psychologique extérieurs à l’institution ».

Hausse de 19% des heures ...

Article réservé aux abonnés Gazette & Club prévention sécurité
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club prévention - sécurité

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club prévention sécurité

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club prévention sécurité

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club prévention sécurité

S'abonner PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion
Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Sécurité publique : les chiffres à retenir du rapport Grosdidier

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X