Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[EDITORIAL] DÉCENTRALISATION

Décentralisation : le bal des faux-semblants

Publié le 05/07/2018 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : France

Person go on complicated decision path
Michael Brown Fotolia
Le président de l’Association des maires de France François Baroin (LR) claque la porte de la Conférence nationale des territoires pour dénoncer les contrats financiers avec l'Etat qu’il signe en tant que premier magistrat et patron de la communauté d'agglomération de Troyes.

Difficile de faire passer François Baroin, Dominique Bussereau et Hervé Morin pour de dangereux révolutionnaires. Issus de la droite modérée, les présidents de l’Association des maires de France (AMF), de l’Assemblée des départements de France et de Régions de France portent un regard plutôt bienveillant sur le plan de « transformation » du pays. Et pourtant, au chapitre territorial, ils font preuve d’une rare férocité. Les motifs de grogne légitime ne manquent pas, de la recentralisation de l’apprentissage, à l’addition salée des allocations individuelles de solidarité, en passant par l’évaporation de la taxe d’habitation…

Plafond raisonnable

Le drame, c’est qu’ils font des contrats financiers avec l’Etat et du plafond de 1,2 % de hausse de leurs dépenses de fonctionnement l’alpha et l’oméga de leur refus de participer à la prochaine Conférence nationale des territoires. Ils oublient un peu vite que, voici dix-huit mois, le candidat qu’ils soutenaient à la présidentielle, certes souvent du bout des lèvres, préconisait une potion autrement plus amère. Au programme : 100 milliards de baisse de dépenses publiques, 500 000 postes d’agents en moins, dont une bonne part au sein des collectivités…

Gare aux postures

Loin de ce remède de cheval, loin des coupes massives dans les dotations des années « Hollande », le pouvoir actuel prétend assainir des finances locales encore parfois lestées des dérives des années 2000 (350 000 créations de postes en dehors de tout transfert de compétence et un coûteux système à deux étages composé des communes et des intercommunalités). Si la méthode de ces contrats financiers, parfois à base de chantage des préfets aux subventions, laisse à désirer, sa philosophie ne remet guère en cause une décentralisation à la française fondée sur une imbrication très étroite entre l’Etat et les collectivités. Et quand, en tant que premier magistrat de Troyes, le président de l’AMF François Baroin dit « j’ai signé le contrat pour montrer que je ne suis pas d’accord », il court le risque d’être un éternel incompris…

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Décentralisation : le bal des faux-semblants

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X