Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Interview

« L’obsolescence des équipements n’est pas compensée par un investissement suffisant »

Publié le 02/07/2018 • Par Cédric Néau • dans : A la Une finances, Actu experts finances, France

Serge-Bayard-Betty-Marcerou
patricia marais
Betty Marcerou, directrice générale de La Banque postale - collectivités locales, et Serge Bayard, directeur des entreprises et du développement des territoires de La Banque postale, analysent le marché de la dette locale. Les infrastructures se dégradent, mais les besoins de financements restent encore très modérés.

La Banque postale a-t-elle subi le tassement actuel du marché de la dette locale ?

Betty Marcerou : La Banque postale a essuyé un repli de 10 % d’activité par rapport à l’an dernier, avec 3,2 milliards de volume d’emprunt, mais nous maintenons la position que nous souhaitions sur le marché, avec 20-25 % de parts. On ne cherche pas à atteindre 40 % de parts de marché.

  • La Banque postale conforte sa 1ère place auprès du secteur public local

Ce retrait s’explique notamment par une baisse des besoins de financement des départements. Leur part du volume de prêts est passée de 35 % à 16 % en un an. En revanche, les groupements atteignent 35 % du total aujourd’hui. C’est l’échelon qui porte l’investissement, même s’il faut se méfier des emprunts de précautions que les groupements ont pu faire en 2015, juste avant la nouvelle carte intercommunale.

Serge Bayard : Notre taux de pénétration est également plus fort dans les petites collectivités, ce qui réduit mécaniquement le montant du prêt moyen à 500 000 euros, avec une ouverture de prêt descendue à 40 000 euros. En 2017, la moitié du nombre de prêts réalisés ont été contractés auprès des communes de moins de 5 000 habitants.

Mais notre stratégie repose sur le financement des opérateurs et acteurs publics locaux qui contribuent globalement au service public local, ce qui inclut également les PME locales ou les établissements scolaires privés sous contrat par exemple. Sur les 10 milliards de financements que nous proposons au secteur ...

Article réservé aux abonnés Gazette & Club finances
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club finances

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club finances

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club finances

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club finances

S'abonner PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« L’obsolescence des équipements n’est pas compensée par un investissement suffisant »

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X