Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Retraites

Retraites : l’Ircantec, toujours en bonne santé

Publié le 28/06/2018 • Par Julie Krassovsky • dans : A la une emploi, A la Une RH, Actu Emploi, France, Toute l'actu RH

retraite (retrait, assurance)
fotodo - Fotolia
Le régime de retraite complémentaire des agents non titulaires de l’État et des collectivités locales présente, pour l’année 2017, un résultat excédentaire de 947 millions d’euros. L’Ircantec se déclare fidèle aux valeurs du régime : la solidarité intergénérationnelle et l’engagement en faveur du financement de la transition énergétique. Un dernier point sur lequel de réels efforts restent pourtant à faire.

« L’attachement aux valeurs du régime n’atteint pas ses performances » se félicite  Jean-Pierre Costes le président du conseil d’administration de l’Ircantec. Pour preuve, les résultats positifs affichés par le régime de retraite lors de la présentation, jeudi 28 juin, de son rapport d’activité. Soit un résultat de 947 millions d’euros, 10,9 milliards d’euros de réserves dont 3,7 milliards en actions. L’Ircantec c’est 2,9 millions d’actifs cotisant à son régime via 60 000 organismes déclarants.

Engagement social

Affichant une volonté de transparence, le fonds de retraite affirme répartir 69% de ses investissements sur des entreprises ayant des performances « robustes ». « Nous accordons une grande importance à la gouvernance notamment sur la question sociale », a rappelé Jean-Pierre Costes.

Garder un œil sur la rémunération des dirigeants avec la définition d’un seuil « maximum socialement tolérable » fixé à 100 fois le salaire minimum de l’entreprise.

De fait, depuis 2013, l’Ircantec s’est dotée d’une politique de vote en assemblées générales d’actionnaires qui précise ses priorités. A savoir, garder un œil sur la rémunération des dirigeants avec la définition d’un seuil « maximum socialement tolérable » fixé à 100 fois le salaire minimum de l’entreprise ; demander une transparence dans les comptes des entreprises du secteur financier pour limiter l’abus d’optimisation fiscale, etc.

L’Ircantec a tenu à rappeler sa participation active à l’identification des risques sociaux en prenant l’exemple du groupe Carrefour qui prévoit 7 000 suppressions de postes dont 2 400 en France. Et le président du fonds de préciser une action qui va au delà du simple contrôle : « Nous avons accueilli début mai les partenaires sociaux de l’enseigne ainsi que les investisseurs institutionnels dans le cadre de la préparation de la saison des votes. »

Soutien à la transition énergétique

Suite aux accords de Paris et à une transition écologique en marche, l’Ircantec affiche sa volonté d’être un investisseur mobilisé, notamment lors des votes en assemblée générale d’actionnaires. « Nous n’approuvons pas les comptes quand les entreprises ne répondent pas à des engagements de transition énergétique et écologique » affirme Jean-Pierre Costes. « Nous essayons de faire avancer ces sujets de manière unifiée, globalement nos intentions de vote sont suivis ».

L’Ircantec  détiendrait encore autour de 220 millions d’euros de participation dans des entreprises minières et pétrolière.

Du point de vue écologique, le fonds de retraite s’est aussi engagé à limiter son empreinte carbone notamment concernant ses investissements dans les énergies fossiles. Malgré, une bonne volonté affichée, l’Ircantec  détiendrait encore autour de 220 millions d’euros de participation dans des entreprises minières et pétrolières (BP, Statoil, Repsol, Total, Marathon, BASF, Shell).

Épinglé, comme d’autres fonds par un rapport publié en décembre 2017 par l’ONG 350.org et l’Observatoire des multinationales, la caisse de retraite a, certes, exclu de ses placements certaines firmes exclusivement vouées au charbon, mais en les remplaçant par d’autres firmes du secteur des fossiles. Le fonds détient notamment des actions dans l’entreprise Eni, en charge de Goliat, la plus grande plateforme pétrolière offshore du monde, en Norvège. Et le rapport d’ajouter « globalement, ce sont donc toujours plus de 2 milliards d’euros en actions et en obligations que ce fonds de retraite consacre au charbon, au pétrole et au gaz ». A suivre.

 

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Retraites : l’Ircantec, toujours en bonne santé

Votre e-mail ne sera pas publié

Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X