Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Social

Champagne-Ardenne. Le CCAS instaure un nouveau mécanisme pour ses aides : le «reste-à-vivre»

Publié le 18/03/2009 • Par Frédéric Marais • dans : Régions

Le centre communal d’action sociale de Reims va mettre en place, à compter du 1er avril, un nouveau mécanisme d’aide intitulé le «reste-à-vivre», en remplacement de l’ancien barème qui n’avait pratiquement pas bougé depuis 1996. «Ce dispositif s’inscrit dans l’esprit du RSA, souligne Stéphane Joly, adjoint au maire de Reims et vice-président du CCAS. On considère les personnes non pas en fonction de leur statut, mais en fonction de leurs revenus.»

Le nouveau mode de calcul consiste à défalquer des ressources mensuelles du foyer (personne seule, couple ou famille) toutes les dépenses ayant trait au logement : loyer, charges locatives, eau et assurances. Le CCAS en déduit le reste-à-vivre, à partir duquel il décide d’apporter ou pas son aide au demandeur.

Pour une personne seule, le solde est estimé à 300 euros maximum pour pouvoir bénéficier du soutien de la collectivité. Cette aide sera comprise entre 20 et 90 euros par mois, voire 150 euros dans des cas exceptionnels, auxquels s’ajoutera la carte de transport.

Le nouveau dispositif devrait a priori toucher un public plus large que l’ancien système, qui concernait 4 000 familles rémoises. Seront réintégrés notamment certains RMIstes exclus du système, pour quelques dizaines d’euros, lorsque le RMI avait été augmenté, ainsi que les personnes accueillies dans les centres d’hébergement et de réinsertion sociale. C’est ce que Stéphane Joly appelle «un droit universel au soutien pour tous les Rémois en grande difficulté».

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Champagne-Ardenne. Le CCAS instaure un nouveau mécanisme pour ses aides : le «reste-à-vivre»

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X