Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Décentralisation

Edouard Philippe face aux impatiences des petites villes

Publié le 01/06/2018 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : France

edouard-philippe-cahors-final-une
LCP- Public Sénat
Lors des assises de l’APVF, le 1er juin 2018 à Autun, le Premier ministre n’a pas complètement répondu aux attentes des maires de la France périphérique, qui réclament un plan plus ambitieux pour le maintien des petites lignes et la relance de leurs centre-villes.

Le Premier ministre reprend sa tournée des popotes auprès des élus locaux. Un exercice qu’il maîtrise sur le bout des doigts. Lors des Assises des petites villes de France (APVF), le 1er juin à Autun (Saône-et-Loire), l’ancien maire du Havre joue, comme à son habitude, la carte de la proximité : « Dans tout ce que j’ai fait dans ma vie, rien n’a été aussi intense que l’expérience municipale »

Edouard Philippe se lance aussitôt dans un long plaidoyer de l’action gouvernementale auprès des collectivités. Alors que le nouveau président socialiste de l’APVF, Christophe Bouillon, pointe la baisse parfois substantielle de la DGF dans 16 000 communes, le Premier ministre vante le maintien global des dotations.

Au chapitre du remplacement de la taxe d’habitation, Edouard Philippe lance : « Nous allons créer une nouvelle fiscalité locale » avant de refroidir les ardeurs des maires des petites villes. De nouvel impôt avec pouvoir de taux, il n’y aura pas, assure, une nouvelle fois le loctaire de Matignon dans un discours chiche en annonces.

La patate chaude aux régions ?

Christophe Bouillon, qui défend « les collectivités à taille humaine » face « au puissant lobby métropolitain » prompt à s’ouvrir les ministères, reste un peu sur sa faim. « Il n’y a pas de petites lignes, pas de petits territoires, pas de citoyens de seconde zone », juge le président de l’APVF.

Le Premier ministre ne le rassure pas complètement sur ce chapitre ferroviaire. « Nous avons mis le paquet sur les grandes infrastructures. Nous avons pris des retards considérables sur d’autres secteurs. Il faut inverser la logique », estime bien l’ancien maire du Havre. «  J’ai pris la décision de ne pas faire porter la régulation de l’investissement sur les petites lignes », considère-t-il aussi. Mais ces questions, admet Edouard Philippe, feront l’objet d’une « discussion avec les présidents de région ». Une manière de se débarrasser de la patate chaude ?

L’APVF reste aux aguets, demandant aussi à être associée à la gouvernance des gares, enjeu crucial dans les petites villes. Elle souhaite également que le rapport sénatorial Pointereau, plus ambitieux que le plan gouvernemental Action cœur de ville, soit appliqué. L’association  réclame enfin un véritable statut de l’élu.

Vaste programme… Et, en guise de réponse, Edouard Philippe de paraphraser Fernand Braudel : « Un pays qui est en train de se faire ou de se refaire, n’est pas un personnage simple. »

L’agence nationale de cohésion des territoires « ne sera pas un machin de plus »

En clôture de la première journée des assises des petites villes de France (APVF), le 31 mai à Autun, le préfigurateur de l’Agence nationale de la cohésion des territoires, Serge Morvan, a joué les VRP de la future structure. Le  bon sens en bandoulière, l’ancien directeur général des services des conseils généraux de la Seine-Maritime et de la Saône-et-Loire a lancé : « Il faut changer les choses au sein de l’Etat. Il y en a marre des décisions qui mettent des années à être validées. »

L’agence nationale de la cohésion des territoires, qu’on se le dise, ne consistera pas « à envoyer des missionnaires parisiens qu’on est content de voir arriver et ravi de voir partir ». Opérateur des opérateurs, elle tournera le dos aux grands appels à projets nationaux où seuls les gros « obtiennent le pompon », a promis Serge Morvan. L’agence simplifiera la vie des petits, a-t-il promis en substance devant les adhérents de l’APVF. Elle simplifiera les contrats. « Chaque jour qui passe, on en crée un. Il faut arrêter cela », a considéré Serge Morvan avant de conclure : « Cette agence n’a pas de sens si elle crée un arbre de plus dans une forêt déjà touffue. Elle ne sera pas un machin de plus. »

Mais au-delà de ces engagements la main sur le cœur, ceux qui voulaient en savoir plus sur l’agencement de la structure avec l’ANRU, l’ADEME, le CEREMA  ou la place réservée au CGET, devront encore attendre.

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Edouard Philippe face aux impatiences des petites villes

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X