Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Services publics

Centre. Une DSP pour gérer une crèche d’Orléans qui fait des vagues

Publié le 18/03/2009 • Par Jean-Jacques Talpin • dans : Régions

La ville d’Orléans lancera dans les prochaines semaines une DSP pour gérer la crèche des Chats-Ferrés située en centre-ville. Dans un premier temps, la ville envisageait cette délégation pour une autre crèche, rue Pasteur, ouverte l’an passé. Mais devant l’hostilité des parents et de l’opposition municipale, le maire (UMP) Serge Grouard a décidé début mars de tenter l’expérience avec les Chats-Ferrés actuellement fermée pour travaux.

C’est en simple conseil de crèche que la ville a annoncé en début d’année la volonté de mener une DSP vers la fin de l’année sur la crèche Pasteur afin d’élargir les horaires d’ouverture. Pour l’adjointe (Modem) Alexandrine Leclerc «les actuelles conditions de travail des agents liées au fonctionnement statutaire ne nous permettent pas de répondre favorablement aux attentes des parents». Le recours à une société délégataire permettra en effet d’adopter une amplitude horaire plus large de 7 heures à 19h30 (au lieu de 7 h 30 à 18 h 15 aujourd’hui), six jours par semaine contre 5.

Les parents se sont aussitôt mobilisés contre la «privatisation de la crèche» en déclarant «nos enfants ne sont pas à vendre». «Mais il n’est pas question de faire n’importe quoi, tant en matière d’encadrement qu’en politique tarifaire», a répondu l’ajointe. Le maire a alors décidé de lancer l’expérimentation sur une autre crèche en cours de travaux, ce qui n’a pas désamorcé la polémique. «Il est tellement plus simple de privatiser en catimini, sans contestation, sans les futurs usagers… Ce comportement est inadmissible», a dénoncé l’opposition municipale.

Thèmes abordés

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Centre. Une DSP pour gérer une crèche d’Orléans qui fait des vagues

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X