Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Politique de la ville

Les 19 programmes de Jean-Louis Borloo pour faire renaître la politique de la ville

Publié le 26/04/2018 • Par Delphine Gerbeau • dans : A la une, Actu prévention sécurité, France

jean-louis-borloo
Twitter @RenaudMuselier
Le 26 avril, Jean-Louis Borloo, missionné en décembre par Emmanuel Macron, a remis son rapport "plan de bataille" pour une relance de la politique de la ville dans les banlieues au Premier Ministre. Au menu, 19 programmes thématiques, chiffrés à 48 milliards d'euros, pour rétablir l'égalité républicaine dans les quartiers.

Recréer une cohésion urbaine, une cohésion sociale, une cohésion républicaine dans les quartiers de la politique de la ville, c’est l’objectif du plan Borloo et de ses 19 programmes, élaboré en lien avec les acteurs de la politique de la ville, les associations d’élus locaux. Ceux-ci, depuis des mois, alertent sur l’aggravation de la situation sur le terrain, le manque de moyens, le risque d’embrasement de certains quartiers les plus en difficulté.

« L’inefficacité, l’éparpillement, l’absence de définition claire de stratégie et de méthode créent de l’incompréhension, faisant croire à des dépenses avec peu de résultats. Les correctifs, mis en place il y a plus de 10 ans, se sont étiolés et estompés : la rénovation urbaine s’est totalement arrêtée depuis 4 ans, le programme de réussite éducative baisse, les zones franches urbaines ont été vidées de leur substance, le fond de cohésion sociale a quasiment disparu, le soutien à l’apprentissage et le plan de services à la personne ont été très réduits », pointe le rapport en introduction.

Pour faire face, Jean-Louis Borloo propose donc un plan en 19 programmes, touchant tant à l’emploi, à la lutte contre les discriminations, la santé, la mobilité… L’ancien ministre de la Ville résume :

Il faut mettre en mouvement chacun de ces programmes en même temps. Pour l’essentiel, ils peuvent démarrer tout de suite, ils provoqueront un effet blast, une spirale positive et une dynamique extrêmement puissante. C’est un plan de réconciliation nationale »

Pour lui, chaque programme devra être piloté en tant que tel par une ou deux personnalités reconnues, chapeautées par un chef d’état major et une équipe qui coordonnera l’ensemble du plan.

Le plan comporte un plan de financement – il se chiffre à 48 milliards d’euros – avec notamment la création d’un fonds à la Caisse des dépôts et consignations. Il serait doté des 5 milliards d’euros provenant de la cession des participations de l’Etat en 2018 (10 milliards annoncés). Il serait abondé du montant de la TVA généré par le redémarrage du plan de rénovation urbaine, soit environ 400 millions d’euros. Ces montants ne créeront pas de dépenses budgétaires nouvelles pour l’Etat, sont d’utilisation – sur les 4 années qui viennent – d’1,6 milliard par an, et viendront garantir une partie des engagements de l’Etat dans ses programmes.

Détail des principales mesures, certaines attendues, d’autres plus iconoclastes.

Réformer la rénovation urbaine

Depuis le lancement du nouveau programme de renouvellement urbain (NPNRU) en 2014, les dossiers patinent. « La bureaucratie a progressivement pris le pas sur la dynamique de projets. Le lien de confiance a été rompu… Ce n’est pas essentiellement un problème de financement, c’est un problème de confiance c’est-à-dire de gouvernance », résume le rapport.

Deux alternatives sont proposées. Soit un « big bang » : créer une « fondation appartenant à la Nation », qui regrouperait les collectivités territoriales, les financeurs, les partenaires sociaux et les bailleurs, qui remplacerait l’Agence nationale de rénovation urbaine – créée par Jean-Louis Borloo lui-même – et qui aurait pour vocation le renouvellement urbain. Elle bénéficierait de l’affectation irréversible de fonds et d’actifs d’Action Logement, garantissant ainsi une ressource pérenne.

Seconde alternative, plus simple, modifier la gouvernance de l’Anru, pour la confier aux financeurs – notamment Action Logement, aux agglomérations et aux bailleurs concernés, et non à l’Etat – ce qui devrait ravir les premiers.

Le paquet sur l’éducation

Les programmes numéros 2 et 3 entendent rétablir de l’égalité dans l’accès aux crèches et à l’éducation en général. Il s’agit de développer tout d’abord l’offre de crèches dans les quartiers prioritaires, avec la création de 30 000 places, dans le cadre de la convention d’objectif et de gestion de la CNAF pour 2018-2022 et de prévoir des projets pédagogiques souples et diversifiés. La scolarisation à deux ans en REP+ doit être triplée, et les classes passerelles – destinées aux moins de trois ans – relancées.

Ensuite, Jean-Louis Borloo propose d’organiser autour de l’école une « cité éducative », c’est-à-dire le regroupement à partir du collège et des écoles de tous les lieux et de tous les acteurs prêts à soutenir, ensemble, l’éducation des enfants. Ainsi tout établissement scolaire se verrait adjoindre un dirigeant en charge de la cité éducative et du partenariat de l’école et du collège.

Enfin un plan d’urgence pour les écoles et les collèges doit être mis en place. Objectif : reconstruire ou rénover les 300 écoles les plus vétustes dans les 5 ans dans les quartiers sans mixité, détruire ou rénover les 100 collèges les plus denses et vétustes dans les quartiers sans mixité scolaire, et construire 50 collèges innovants de petite taille (400 élèves) en bordure de quartier, avec une aide exceptionnelle de l’Etat.

S’attaquer à l’emploi

Formation, développement de l’apprentissage, soutien à l’initiative économique, les pistes proposées sont multiples. Le paquet doit être mis sur l’apprentissage, dans le cadre du plan gouvernemental. Le rapport propose de déployer un coaching généralisé et un accompagnement spécifique pour la jeunesse des QPV en s’appuyant sur les réseaux qui ont fait leurs preuves (Nos quartiers ont du talent, AFEV, Mozaik RH…), et de déployer, à titre exceptionnel et provisoire, 720 conseillers supplémentaires de Pôle Emploi dédiés à un accompagnement intensif de 150 000 demandeurs sur les 219 agences à périmètre QPV.

150 000 emplois francs pourraient aussi être créés, dès 2019, en élargissant les territoires bénéficiaires de 194 à 1514 QPV. Enfin un plan de formation de 100 000 personnes issues des QPV, pour accéder aux métiers des services à la personne, pourrait être instauré.

Par ailleurs, pour promouvoir les « talents » des quartiers, Jean-Louis Borloo propose la création de « l’académie des leaders », une nouvelle grande école sur le modèle de l’ENA, destinée à alimenter les trois fonctions publiques, mais avec des critères de sélection différents. Une façon de faire émerger une nouvelle élite, et de sortir de l’entre-soi des hauts fonctionnaires aux parcours et origines sociales similaires. 500 jeunes par an, à parité parfaite seraient sélectionnés, et bénéficieraient du statut de fonctionnaire stagiaire de l’ENA, avec une rémunération équivalente. A l’issue de la scolarité, ils auront l’obligation de servir dans une des trois fonctions publiques pour une période minimale de 10 ans.

Des moyens pour les travailleurs sociaux

« Des travailleurs sociaux transformés en chasseurs de financement pour sécuriser leur propre activité, alors qu’ils devraient être sécurisés pour pouvoir être aux avant-postes de la lutte contre la précarité », c’est ce que dénonce le rapport. Il propose tout d’abord de mettre effectivement en œuvre le passage à la catégorie A qui a été décidé pour les fonctionnaires, principalement territoriaux, suite aux états généraux du travail social de 2015/2016.

La mécanique de financement par appels à projets doit être supprimée, et remplacée par des financements stables sur trois ans, sur la base d’objectifs simples et généraux (objectifs sur la population, la présence au public, les méthodes de travail…). Enfin les professionnels doivent travailler en équipe, quel que soit leur statut initial, avec comme référent l’élu local ou un chef de file en respectant la confidentialité professionnelle.

Proposition originale, pour reconnaître le rôle des femmes, les « nouveaux visages de Marianne », dans les quartiers, il est proposé la création de 216 « maisons Marianne » mises à disposition d’associations promouvant l’égalité, installées en bas des immeubles, et dotées d’un budget de 10 000 euros par an. Il est également proposé de promouvoir l’égalité des femmes et des hommes dans le travail social collectif, et de conditionner le soutien public aux associations à la présence réelle des femmes dans la gouvernance à la mixité des activités.

Soutenir les communes

Pour répondre à la colère exprimée par les maires de banlieues depuis des mois, le rapport propose de permettre aux villes classées en rénovation urbaine de pouvoir aller jusqu’à 2 % d’augmentation de la dépense par an sans inclure dans l’augmentation les dépenses liées aux programmes eux-mêmes. Un fonds d’urgence de 500 millions d’euros pour l’investissement, à destination des villes retenues en projet d’intérêt national dans le cadre de l’ANRU, pourrait être créé pour financer des dépenses de fonctionnement ou d’investissement indispensables. Enfin l’abattement de taxe foncière sur les propriétés bâties au bénéfice des bailleurs sociaux doit être intégralement compensé par l’Etat.

Autre proposition inédite, la création d’une « Cour d’équité territoriale », chargée de vérifier la mise en œuvre des moyens de rééquilibrage des politiques publiques sur les territoires carencés. Derrière cette idée, un changement de logique : pour progresser vers l’égalité réelle, il sera dorénavant demandé aux responsables une obligation de moyens, et non pas une simple obligation de résultats. Chaque responsable public devra donc prouver, chiffres à l’appui, qu’il a mis en œuvre les moyens susceptibles de contribuer à réduire les inégalités d’accès aux services publics, en réallouant ses crédits ou ses effectifs dans les territoires moins bien desservis, en opérant une forme de péréquation ou même en instaurant des mesures de discrimination positive temporaire, pour atteindre un standard minimum.

Il devra en rendre compte devant la Cour d’équité territoriale. Présidée par le Premier Président de la Cour des comptes et composée de magistrats de la Cour des comptes et du Conseil d’Etat, elle pourra être saisie par toute personne morale ou groupe de personnes s’estimant discriminé sur une base territoriale. Elle pourrait condamner tout gestionnaire public ayant failli à l’obligation de moyens qui s’impose à lui pour contribuer à l’équité territoriale des citoyens au regard du service public, ou fait obstruction à sa mise en œuvre.

Attendu aux Etats généraux de la politique de la ville qui se tenaient le 26 avril après-midi, Jean-Louis Borloo aura pu dévoiler le contenu de son plan aux acteurs de la politique de la ville et élus, qui reprend nombre de leurs propositions. Les groupes de travail mis en place par le président de la République devraient aussi prochainement présenter leurs travaux. Emmanuel Macron rendra ses arbitrages courant mai sur cet éventuel virage de la politique de la ville.

3 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les 19 programmes de Jean-Louis Borloo pour faire renaître la politique de la ville

Votre e-mail ne sera pas publié

nipalien

27/04/2018 07h49

5 milliards d’Euros évalué pour votre plan à trouver et bien supprimer la pose des compteurs Linky en France totalement inutile dont le coût s »élève à 5 milliards 600 millions d’Euros source la cour des compte Didier Miguet sur France culture invité des matins

Dépité

27/04/2018 08h39

Cela fait 30 ans que je suis entré dans la Territoriale. A l’époque il y avait les opérations HVS pour rénover les quartiers. Après il y a eu le DSQ et bien d’autres dispositifs….
Quelqu’un a t’il chiffré le coût total de la facture pour le Pays de ces innombrables opérations qui n’aboutissent jamais ?
Si on faisait pour les autres quartiers autant que pour ceux de la politique de la Ville (les autres quartiers ne sont pas dignes d’y être apparemment dans la politique de la ville…) nous ne serions plus dans le rouge mais en complète cessation de paiement.
Nous avons dû fermer deux services à la population pour construire des budgets équilibrés. Combien d’autres faudra t’il fermer pour poursuivre cette politique ?
Est-ce que à trop donner on ne banalise pas les aides ?
N’y a t’il pas un problème structurel. Nous savons tous qu’il y a des mafias, des trafics qui sont organisés dans nos quartiers. Ces mafias n’ont aucune envie que l’ordre et la prospérité entre dans les quartiers, donc ils entretiennent le désordre, le sentiment d’insécurité et le chômage. Si les pouvoirs publics ne mettent pas un oeuvre un vrai programme d’assainissement des quartiers en enlevant les fauteurs de trouble, tout ce qu’on y investira sera perdu et à recommencer, sans fin…

mohamed serdjelghoul

30/04/2018 04h07

faire renaitre une politique de la ville c’est une nécessité si elle n’a pas sue survivre avec près de quarante ans de pratique. il faut admettre que la politique de la ville a contribuer au maintien d’une vie dans les quartiers, une action toujours inachevée qui aura le mérite d’avoir essayer de réparer bien des maux de notre société dans les banlieues , avec l’aide des élus, techniciens, des services et surtout par des citoyens bénévoles qui œuvrent pour le bien commun .il reste un principe qui ne s’applique pas trop souvent, c’est celui des projets c’est toujours faire pour, mais jamais avec. Toujours vouloir faire le bonheur de l’autre sans l’associer a construire son devenir et son avenir dans ses quartiers dits prioritaires. l’éducation , l’emploi, la sécurité, la culture , le social.
les enfants sont une priorité et les accès a la culture et aux loisirs doivent absolument être un droit.
la réussite ne se décrète pas, elle se construit. les contrats aidés sont supprimés ce qui va occasionné une fermeture des associations en masse, car le contrat aidé pour les associations avait un avantage c’était celui d’offrir au jeune une expérience sans la vie active au lieu de rester oisif, sans cadre et sans projet d’avenir. Aussi le contrat d’aidé était d’utilité publique dans le monde associatif. il était d’intêrêt général pour les petites structures qui au quotidien sur le terrain agissent alors que certains des services publics le désertent.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X