Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Logement

Plus les propriétaires sont nombreux dans une commune, plus il y a de chômeurs

Publié le 24/04/2018 • Par Marie-Pierre Bourgeois • dans : Documents utiles, France

Fotolia_48751857_M
sp4764 - Fotolia
Favoriser l’accès à la propriété, une politique publique d’intérêt général ? Rien n’est moins sûr. Dans une note, l’INSEE montre que plus un territoire compte de propriétaires, plus son taux de chômage est élevé. Un phénomène bien connu des chercheurs pour la première fois décrypté à l’échelle française.

Selon une étude publiée par l’INSEE, plus les propriétaires sont nombreux dans une commune, plus les demandeurs d’emplois se comptent en nombre. Un paradoxe puisque, dans la même note, l’institut estime que les propriétaires « sont moins souvent au chômage que les locataires ».

Déjà étudié par des chercheurs, ce phénomène s’explique par plusieurs causes. Au-delà du fait qu’être propriétaire traduit souvent une meilleure situation sociale, les propriétaires peuvent avoir un goût plus élevé pour la stabilité, qu’elle soit résidentielle ou professionnelle, remarque l’INSEE.

Moins d’offres d’emplois dans les communes qui comptent beaucoup de propriétaires

Autre explication : le manque de mobilité des propriétaires réduirait la fluidité du parc immobilier. « L’accès aux offres d’emploi serait rendu difficile dans les zones à forte densité de propriétaires où les logements vacants sont plus rares », souligne ainsi la note.

Ce constat n’en reste pas moins paradoxal dans la mesure où, « de façon générale, le chômage concerne davantage les locataires que les propriétaires ». L’INSEE a donc cherché à éclaircir ce paradoxe dans le contexte français.

Premier enseignement de ce travail : en France, le taux de chômage et la densité de propriétaires ont évolué de façon similaire de 1973 à 2013.

Capture 1 chômage

Il serait pourtant réducteur d’y voir forcément un lien de cause à effet. D’une part, « la construction et l’accès à la propriété ont été fortement soutenus sur la durée par des aides publiques nationales ». D’autre part, « le chômage de masse s’est développé (…), notamment depuis les chocs pétroliers des années 1970 ».

Oui, les propriétaires sont moins exposés au chômage mais…

Une autre précaution est également de rigueur. « Certaines zones, plus dynamiques que d’autres, constituent des creusets économiques où le chômage est faible, et savent attirer des populations s’y installant durablement. » L’INSEE a donc neutralisé ces paramètres pour avoir des résultats le plus fiable possible.

L’institut en tire plusieurs enseignements. Oui, « le taux de chômage est positivement lié à la densité de propriétaires dans la zone d’emploi : autrement dit, toutes choses égales par ailleurs, une augmentation de la densité de propriétaires s’accompagne d’une hausse du risque d’être au chômage ».

En outre, ajoute l’étude, « cet effet est d’une ampleur telle qu’il compense le simple fait que les propriétaires aient une moindre exposition au chômage.»

Le gouvernement veut encourager la mobilité professionnelle des locataires

La note détaille également plusieurs chiffres à retenir : « Une hausse de 10 points de la densité de propriétaires diminuerait d’une part le taux de chômage de 0,7 point environ (…) et l’augmenterait d’autre part d’environ 1,3 point ». Cet effet est deux fois moindre que celui estimé pour les États-Unis, remarque l’INSEE.

« Finalement, la résultante de ces deux effets sur le taux de chômage s’élèverait à + 0,6 point » conclut l’étude.

Capture 2 chômage

Ce travail intervient alors que le projet de loi Elan (Evolution du logement, de l’aménagement et du numérique) arrive en discussion au Palais-Bourbon. Cette note tombe d’ailleurs à pic pour le gouvernement. Son texte contient en effet un article créant le « bail mobilité », destiné précisément à alléger les contraintes locatives pour favoriser la mobilité professionnelle, comme le remarquent nos confrères de Localtis.

Thèmes abordés

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Plus les propriétaires sont nombreux dans une commune, plus il y a de chômeurs

Votre e-mail ne sera pas publié

Choletais

25/04/2018 03h52

C’est magnifique ! Tout est fait pour que les Français ne deviennent pas propriétaires : les revenus boursiers sont plafonnés en prélèvement mais on laisse la taxe sur la fortune foncière. Je sais le niveau est assez élévé, mais c’est le principe qui me choque.
On supprime la taxe d’habitation mais on augmentera sûrement la taxe foncière, seule marge de manoeuvre qui reste aux collectivités…
Maintenant on nous dit que la propriété conduit au chômage par manque de mobilité !
Qui va racheter le foncier ? Les grands financiers ? Les Pays du Golfe ? Les fonds de pension ?
Il faut vraiment enlever toute indépendance au peuple, qu’il dépende des aides publiques pour ensuite en être privé s’il a des véléités de résistance aux politiques mises en place.
Dans mon bassin d’emploi, le taux de chômage est plus bas que la moyenne nationale de plus de deux points et demi et même de plus d’un point de la moyenne régionale, la meilleure de France et le pourcentage de propriétaires est celui de la moyenne nationale.
Il y a plusieurs centaines de postes dans le privé qui ne trouvent pas de candidats, et les chômeurs qui habitent la Ville ne sont pas majoritairement des propriétaires, loin de là…

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X