Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Billet] Domaine public

Kronenbourg à Chambord : la séance photo qui ne passe pas

Publié le 25/04/2018 • Par Gabriel Zignani • dans : Actu juridique, Billets juridiques, France

Château de Chambord
Photo by sybarite48 on Foter.com / CC BY
Le brasseur Kronenbourg a utilisé des photographies du château de Chambord pour réaliser une des campagnes publicitaires de ses bières. Sans y être autorisé ni débourser un centime.

 

En arrière-plan, le château de Chambord sur fond bleu. Sur le devant, une table et deux chaises rouges. Ambiance romantique pour cette photographie sortie en 2010. Si ce n’est que dans ce cadre romanesque, deux bières « 1664 » sont posées sur la table, cette prise de vue ayant servi de campagne publicitaire pour la société Les ­Brasseries ­Kronenbourg. Ce qui n’a pas été du goût du domaine national de ­Chambord. Ce dernier reproche au fabricant de bières de s’être abstenu de demander une autorisation d’effectuer les photos, qui ont été plus tard assorties du slogan « le goût à la française ».

Ce que souhaite le domaine de ­Chambord, c’est que le brasseur alsacien le dédommage. Somme demandée : 251 000 euros. Selon la personne publique, cela compenserait ce qu’elle considère comme une utilisation privative du domaine public et les revenus perdus, la présence de techniciens et de photographes ayant entravé l’accès des visiteurs. Les juridictions du fond l’ayant débouté, le domaine de ­Chambord a effectué un pourvoi en cassation. Le Conseil d’Etat a rendu son verdict le 13 avril.

Occupation ou utilisation privative ?

Les juges du Palais-Royal ont estimé que le shooting du plus vaste des châteaux de la Loire ne constitue pas une occupation ou une utilisation privative du domaine public. Pour qu’il y ait occupation ou utilisation privative, il aurait fallu que l’utilisation du bien excède le droit d’usage appartenant à tous. En l’espèce, cela reviendrait à l’utilisation de moyens importants pour les besoins de la réalisation matérielle de cette opération. Ce qui n’a pas été le cas puisque le château n’a même pas dû fermer ses portes.

La société Kronenbourg n’a donc pas fait un usage privatif du château de Chambord. Or, pour que la personne publique puisse demander le versement d’une redevance d’occupation ou d’utilisation du domaine public, il faut qu’il y ait eu un tel usage privatif. Quand ce n’est pas le cas, il est tout autant impossible pour une personne publique de demander le versement d’une indemnité pour occupation ou utilisation irrégulière du domaine public.

L’image des bâtiments nationaux

En parallèle, le domaine de ­Chambord ne peut pas non plus s’appuyer sur une quelconque assimilation entre l’utilisation à des fins commerciales de l’image d’un bien du domaine public, et une utilisation privative du domaine public, pour demander une indemnisation par le fabricant de bière. Le Conseil d’Etat l’a bien rappelé dans son arrêt : « les personnes publiques ne disposent pas d’un droit exclusif à l’image des biens leur appartenant ». Tous les moyens ont donc été rejetés, et la brasserie a pu utiliser l’image du fameux château gratuitement à des fins publicitaires.

Ce qui pose la question de la valorisation de l’image des bâtiments appartenant au domaine public. Si cette question a été réglée – postérieurement à cette affaire – concernant les domaines nationaux par la loi du 7 juillet 2016 relative à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine, rien n’est fait à ce jour pour ce qui concerne le domaine public des collectivités territoriales.

Cet article est en relation avec le dossier

Domaines juridiques

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Kronenbourg à Chambord : la séance photo qui ne passe pas

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X