Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[OPINION] Smart city

Ville « intelligente » ou ville « automatique » ?

Publié le 23/04/2018 • Par Auteur associé • dans : France, Opinions

street art smart city
Flickr CC by Smart Cities
La ville de demain sera intelligente. Le schéma se met en place. Il fait la part belle aux métiers de flux (transports, eau, énergie) et parfois à la sécurité. Ces choix sont logiques : il s’agit des métiers pour lesquels les données sont les plus volumineuses et les plus facilement accessibles, notamment du fait de la multiplication de capteurs connectés.
Jacques Priol

Jacques Priol

président de la société de conseil Civiteo

La ville de demain sera intelligente. Le schéma se met en place. Il fait la part belle aux métiers de flux (transports, eau, énergie) et parfois à la sécurité. Ces choix sont logiques : il s’agit des métiers pour lesquels les données sont les plus volumineuses et les plus facilement accessibles, notamment du fait de la multiplication de capteurs connectés. Il faut le préciser : la ville intelligente est pilotée par la donnée. Une trentaine de territoires expérimentent en France à des échelles plus ou moins importantes (une rue, un quartier ou la ville) ce qu’est une approche « smart » et son fonctionnement « data driven ».

Quelques premiers résultats sont encourageants et ont pu donner lieu à des évaluations intéressantes. Des économies réelles apparaissent, par exemple grâce à une gestion plus « intelligente » des consommations électriques des bâtiments communaux et de l’éclairage public. Il en est de même pour l’eau. La régulation du trafic automobile est améliorée. Quelques grands opérateurs ont construit, avec des territoires, des démonstrateurs probants.

Optimisation des flux et des consommations

Mais à bien y regarder, que démontrent ces « cas d’usage » ? Ils démontrent avant tout que la collecte et la maîtrise de la donnée permettent d’optimiser des flux et des consommations en temps réel grâce à des algorithmes. La ville intelligente ne devient-elle pas en réalité une ville automatique ? Au risque de nous précipiter dans un modèle contraire aux objectifs affichés de tous les programmes « smart » ?
Tous ces programmes font la part belle à différentes formes d’intelligence. La « smart city » se veut inclusive, participative, démocratique, durable. La promesse est belle : la collecte des données combinée à de nouveaux usages numériques va faire émerger un nouveau modèle de gouvernance de la cité. A la fois plus efficient, plus transparent, plus accessible, plus agréable à vivre. Or, tout ceci ne coule pas de source. Nous sommes en France, en Europe. Pas à Toronto où le Sidewalk Labs d’Alphabet installe un premier démonstrateur grandeur nature d’une ville monitorée, automatisée et pilotée par la donnée. Chez nos amis canadiens, la polémique commence à poindre : ce modèle de ville intelligente ne serait pas aussi intelligent qu’il le prétend. La gestion algorithmique, trop rapide et peu transparente, laisse peu de place à l’implication citoyenne. Voire supplante le rôle de la représentation démocratique.

Usage vertueux des données collectées

Faire de nos villes des villes « plus » intelligentes suppose du temps long et une stratégie qui garantisse la maîtrise et l’émergence d’usages vertueux des données massivement collectées. L’ouverture des données par défaut, par exemple, ne doit pas être vécue que comme une obligation légale à compter d’octobre 2018, mais aussi comme un levier de transparence et de participation citoyenne, ce qui nécessite une réflexion sur des outils de médiation et d’éducation à la donnée.
Les collectivités ont à mener une réflexion sur la protection des données des habitants qui aille au-delà de la stricte application en mai prochain d’un nouveau cadre légal (RGPD, ndlr). Elles doivent aussi réfléchir à la souveraineté de leurs données publiques et de manière plus large des données d’intérêt général.
Bref, la ville sera intelligente si ses concepteurs ont une vision des enjeux et des usages, et sont des stratèges. A défaut, elle sera sans doute économe, mais déshumanisée, dépolitisée et automatique.

 

Références

Jacques Priol,  « Le big data des territoires : les nouvelles stratégies de la donnée au service de l’intérêt général » (FYP Editions, 2017).

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Ville « intelligente » ou ville « automatique » ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X