Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Réforme de la fonction publique

Réforme de la fonction publique : la concertation débute « sans dialogue » avec les syndicats

Publié le 09/04/2018 • Par Claire Boulland • dans : A la une, A la Une RH, France, Toute l'actu RH

@dgafp
@dgafp @dgafp
Les syndicats ont assisté "dépités", lundi 9 avril, à la réunion de lancement du chantier sur le "dialogue social" dans le cadre de la "refonte du contrat social avec les agents publics". Une réunion qui s'est tenue malgré l'opposition totale des organisations syndicales au programme du gouvernement. De quoi interroger ces dernières sur la stratégie à adopter désormais.

En claquant la porte, le 4 avril dernier, de l’ultime réunion d’organisation de la concertation sur la réforme de la fonction publique, les syndicats CGT, FO, CFDT, CFE-CGC, CFTC, Unsa, Solidaires et FA-FP espéraient que leur « désolation » et leur « colère » seraient pris en compte. Mais le gouvernement a lancé les travaux, ce lundi 9 avril, selon ses propres desseins.

Pour mémoire, celui-ci considère que « l’organisation actuelle et le fonctionnement des instances consultatives présentent aujourd’hui des faiblesses de plusieurs ordres qui impactent l’efficacité de plusieurs processus RH fondamentaux », est-il écrit dans le document d’orientation. Qui relève un nombre « trop important » d’instances représentatives du personnel, avec des compétences jugées « redondantes ».

Étaient invités à s’exprimer en préambule, ce lundi 9 avril,  deux « grands témoins » : Joël Blondel, directeur des ressources humaines des ministères sociaux et Jean-Paul Guillot, président de l’association « Réalités du dialogue social ».

Quand le premier aurait souligné la nécessité de fusionner les comité techniques (CT) avec les comités d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) d’une part, et de simplifier les commissions administratives paritaires (CAP) d’autre part afin d’assouplir les conditions de recrutement et de déroulement de carrière, le second aurait affirmé que le dialogue social « devait s’ouvrir le plus en amont possible des négociations », rapportent plusieurs organisations syndicales (OS).

Celles-ci s’interrogent sur l’attention du gouvernement lors de l’intervention de Jean-Paul Guillot. Car a ensuite été présenté un calendrier de discussions « non négocié ». « Il montre qu’à ce stade, l’objectif consiste surtout à prouver aux syndicats et aux employeurs que ces orientations sont les seules valables », analyse Bruno Collignon (FA-FP).

« Monologue social »

« Traiter des “conditions de réussite du dialogue social” en troisième position est illogique », estime Didier Bourgoin (FSU). « Et les réunions interviennent des vendredis – alors que tout le monde sait qu’il est compliqué de se libérer pour certains d’entre nous ce jour-là notamment pour ceux venant de province – dont deux auront lieu alors que se tiendront les grèves SNCF. C’est de la provocation ! », fulmine le syndicaliste. Avant d’ajouter être « dépité par ce monologue social ».

Sentiment partagé par FO : « A croire que l’on ne nous écoute pas, nous sommes extrêmement déçus », confie Christian Grolier.  Denis Turbet-Deloff résume ainsi : « Ce chantier et, de fait, l’ensemble de la concertation sur la réforme de la fonction publique, part du mauvais pied. »

Baptiste Talbot (CGT) exprime pour sa part sa « colère froide »: « Encore une fois, nous nous sommes rendus à deux heures et demi d’échanges infructueux. On se heurte à un mur et on a le sentiment de se faire balader ».

« Retarder le processus »

Se pose désormais la question de la forme que prendra la participation du syndicat à cette concertation. « Cela donne en tout cas le sentiment que notre présence servirait davantage à retarder le processus de réforme », confesse le CGTiste.

Pour l’Unsa, il est encore prématuré de se positionner « tant que le gouvernement ne présente pas des pistes concrètes de réflexions », explique Luc Farré. Mylène Jacquot (CFDT) souhaite de son côté rester optimiste « on pense qu’il reste des marges de manœuvre ». Elle relève en outre un point positif : l’État se serait engagé pour les prochaines fois à fournir des documents de travail au moins huit jours avant les entrevues.

Les neuf organisations syndicales représentatives de la fonction publique se réuniront mardi 10 avril en fin de journée pour décider d’une potentielle position commune à adopter ces prochains jours.

D’ores et déjà, CFE CGC, CFTC, CGT, FA-FP, FO, FSU et Solidaires appellent à mettre en œuvre tout le mois d’avril un « processus d’actions et d’initiatives (pétitions, assemblées générales, rassemblements…) s’inscrivant résolument dans la durée » ainsi qu’à une mobilisation à partir de mi-mai.

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Réforme de la fonction publique : la concertation débute « sans dialogue » avec les syndicats

Votre e-mail ne sera pas publié

Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X