Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Décentralisation

Comité des maires des Républicains : un casting millimétré

Publié le 05/04/2018 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : France

Wauquiez
Twitter Laurent Wauquiez
Dressée contre la politique « centralisatrice et technocratique » d’Emmanuel Macron, la nouvelle cellule locale des Républicains sera présidée par une étoile montante du parti, Gil Averous. Dans cette instance, figureront aussi la vice-présidente de l’Association des maires de France Agnès Le Brun et l’ancien secrétaire d’Etat à l’aménagement du Territoire Hubert Falco.

Pour Les Républicains, la renaissance passe par les territoires. Aussi, Laurent Wauquiez ne perd jamais une occasion de vilipender « la politique centralisatrice et technocratique » d’Emmanuel Macron. Le patron de la région Auvergne/Rhône-Alpes vient, en sus, le 3 avril 2018, de former un « comité des maires ».

A la tête de cette instance, il a propulsé le premier magistrat de Châteauroux, Gil Averous. Un pur représentant de la génération « 2014 », cette cohorte de jeunes élus qui ont pris du galon à la faveur de la vague bleue des municipales.

 L’heureux lauréat connaît sur le bout des doigts les arcanes des collectivités. Avant d’être maire de sa cité, il a en effet été directeur général des services et dir’cab de son prédécesseur.

Le premier magistrat de Châteauroux multiplie les coups médiatiques pour attirer une entreprise de véhicules du futur. Une omniprésence qui a valu à Gil Averous d’être vite remarqué par les caciques des Républicains. Sa devise, signée Pelé – « Plus difficile est la victoire, plus grande est la joie de gagner » – ornait le bureau de campagne Nicolas Sarkozy durant la primaire de 2016. L’ancien chef de l’État se reconnaissait dans ce jeune pro de l’action publique au tempérament de manager.

Haro sur les métropoles

Au sein du comité des maires, Gil Averous oeuvrera avec la vice-présidente Agnès Le Brun. La maire de Morlaix, jadis rivale politique de l’ancienne ministre de la Décentralisation, Marilyse Lebranchu, a pris du galon ces dernières années à l’Association des maires de France. Au sein de la puissante institution, elle préside la commission Education.

Vice-présidente de l’AMF, c’est elle qui avait été envoyée en tant qu’observatrice au moment du semi-boycott de la Conférence nationale des territoires, le 14 décembre 2017 à Cahors. « On est en train d’engloutir des décennies de décentralisation. Si les métropoles aspirent toute la lumière et l’argent, les communes de moins de 10 000 habitants deviendront des trous noirs », avait lancé Agnès Le Brun dans les couloirs de Cahors, dans une veine proche du président de l’AMF François Baroin (LR). En plénière, le Premier ministre l’avait, dit-on, trouvée fort bavarde pour une « observatrice ».

Le casting du comité des maires sera complété par deux élus d’expérience : l’ancien député Bernard Carayon, premier magistrat de Lavaur (Tarn) nommé vice-président et son collègue de Toulon Hubert Falco, désigné conseiller du président Gil Averous. Rodé aux clubs d’élus de la Sarkozie, l’édile varois a exercé les fonctions de secrétaire d’Etat à l’aménagement du Territoire entre 2008 et 2009.

Surtout, le maire de Toulon détient la martingale en ces temps de dégagisme. Durant sa longue vie politique entamée il y a près d’un demi-siècle, Hubert Falco n’a jamais perdu une élection sur son nom.

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Comité des maires des Républicains : un casting millimétré

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X