Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Droits et obligations des agents

Les premiers pas poussifs du référent déontologue

Publié le 11/04/2018 • Par Claire Chevrier • dans : A la une, A la Une RH, France, Toute l'actu RH

personalchefin prÌ1Ú4ft die bewerbungsunterlagen
stock.adobe.com
Un an après la publication du décret relatif au référent déontologue, peu de collectivités semblent sensibilisées. Désigner un référent sans penser sa mission est tentant… En faire un gadget serait manquer une occasion.

« Beaucoup de collectivités n’ont encore qu’une connaissance très relative du dispositif et prennent le référent déontologue pour un gadget, sans avoir conscience du caractère obligatoire de sa désignation. Cette fonction est en effet le support d’un droit statutaire, au même titre que la rémunération, avec une réelle dimension d’opposabilité », rappelle Samuel Dyens, avocat et ancien président de l’Association nationale des juristes territoriaux (ANJT). Le référent déontologue peut vite devenir une coquille vide si les moyens lui permettant d’assurer ses fonctions ne sont pas garantis…

En quête du profil adéquat de référent déontologue

Certaines collectivités n’ont pas encore désigné leur référent. C’est le cas de la région Bretagne (4 292 agents) qui avait pourtant nommé une personne dès 2016. « Aujourd’hui, nous avons une chargée de déontologie pour le suivi des procédures, mais elle n’est pas référente. N’ayant pas identifié le profil adéquat au sein de notre collectivité, nous recherchons une personnalité extérieure : peut-être un universitaire ou quelqu’un œuvrant dans une juridiction », indique Jérôme Bastin, directeur général des services (DGS) de la région.

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club RH

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club RH

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les premiers pas poussifs du référent déontologue

Votre e-mail ne sera pas publié

Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X