Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Lutte contre le terrorisme

Après la tuerie de Trèbes, la dangerosité des personnes radicalisées à l’épreuve de l’évaluation

Publié le 26/03/2018 • Par Hervé Jouanneau • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu experts prévention sécurité

fiche fichier radicalisation
capture / France 2
Alors que les interrogations demeurent sur la surveillance du djihadiste Redouane Lakmid avant la tuerie perpétrée le 23 mars à Trèbes, le président de la République demande aux préfets de convoquer les groupes d’évaluation départementaux chargés de suivre les personnes radicalisées. Pour sa part, le président du Centre d'analyse du terrorisme, Jean-Claude Brisard, appelle à une plus grande décentralisation de la lutte contre le terrorisme en s'appuyant sur les capteurs locaux, maires et professionnels de terrain.

La question revient à chaque attentat terroriste. Comment expliquer qu’un individu radicalisé suivi par les services de renseignement ait pu passer à l’acte et commettre, comme Redouane Lakmid le 23 mars à Trèbes, un quadruple assassinat ?

« En 2016 puis en 2017, il faisait l’objet d’un suivi effectif de la part des services de renseignement, suivi qui n’avait permis de mettre en évidence aucun signe précurseur pouvant laisser présager un passage à l’acte terroriste » déclarait le soir même de la tuerie, le procureur de la République de Paris, François Molins.

Si l’enquête devrait permettre d’éclairer la Justice sur la personnalité du tueur et les circonstances de ce passage à l’acte, le président de la République, Emmanuel Macron, a demandé la ...

Article réservé aux abonnés Club prévention sécurité
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club prévention - sécurité

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club prévention sécurité

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club prévention sécurité

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club prévention sécurité

S'abonner PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion
Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Après la tuerie de Trèbes, la dangerosité des personnes radicalisées à l’épreuve de l’évaluation

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X