Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Titularisation des contractuels

Loi « Sauvadet » : comme un goût d’inachevé

Publié le 02/03/2018 • Par Claire Boulland • dans : A la une, A la Une RH, France, Toute l'actu RH

DGS-elu-illustration
adobestock
Le dispositif « Sauvadet », facilitant l’accès à l’emploi titulaire des contractuels, s’éteindra le 13 mars. Malgré des résultats en deçà des objectifs fixés, son principe reste défendu alors que l’Etat veut assouplir le recours à ces agents.

« L’ambition de départ était de créer une sorte de tapis roulant intégré au droit des contractuels dans la fonction publique », se souvient Jean-Robert Massimi, directeur général du CSFPT et conseiller « FPT », en 2012, du ministre de la Fonction publique François Sauvadet, au moment de l’élaboration de la loi du 12 mars 2012. Cette dernière a notamment rendu possible, sur la période 2012-2016, puis durant la prolongation du dispositif jusqu’au 13 mars 2018, la titularisation de contractuels, par le biais soit de recrutements réservés (avec ou sans concours), soit de sélections professionnelles. En 2012, le texte a très vite été surnommé « loi de déprécarisation des contractuels », suscitant dès lors beaucoup d’espoir dans les collectivités. Six ans plus tard, les résultats déçoivent.

Une baisse d’engouement

Selon le seul et unique bilan d’étape du gouvernement, rendu public en juillet 2015, le versant territorial était le meilleur élève de la fonction publique en matière de titularisation des agents contractuels. Mais, sur un total de 450 000 contractuels, dont 42 800 éligibles, seulement 19 000 titularisations ont été effectuées. Au pic de 15 000 titularisations en 2013 a succédé ...

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club RH

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club RH

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Loi « Sauvadet » : comme un goût d’inachevé

Votre e-mail ne sera pas publié

pistache74

10/04/2018 05h12

Il me semble que l’ordonnance du 13 avril 2017 a prolongé jusqu’en 2020 le dispositif Sauvadet d’accès à l’emploi titulaire ouvert aux agents contractuels.
Donc la loi Sauvadet ne s’est pas éteinte fin mars.

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X