Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Aménagement du territoire

Désertification : les solutions de Jacques Mézard pour réanimer les territoires

Publié le 28/02/2018 • Par Sylvain Morvan • dans : France

8728674752_64ccb1e68b_k
E. D
Invité par la fondation Res Publica, le ministre de la Cohésion des territoires a fustigé la fusion des régions et ses effets néfastes pour les populations les plus éloignées des métropoles. L'occasion pour Jacques Mézard de présenter ses priorités pour ranimer les territoires en souffrance.

La fondation Res Publica, présidée par Jean-Pierre Chevènement, débattait de la « désertification et de la réanimation des territoires » le 27 février dernier, en présence du ministre de la cohésion des territoires Jacques Mézard. Un thème au cœur de l’actualité du mois de février : la menace de nombreuses fermetures de classes à la prochaine rentrée scolaire a mis le feu aux poudres dans de nombreux départements ruraux.

De plus, le rapport Spinetta sur le système ferroviaire français, remis la semaine dernière au premier ministre Edouard Philippe, a fait naître la crainte de la fermeture de petites lignes de train, jugées peu utilisées et trop coûteuses pour la collectivité. Enfin, la presse se fait de plus en plus l’écho de la détresse des villes moyennes, qui, au contraire des grandes métropoles dynamiques, se vident de leurs commerces et de leurs habitants.

L’abandon de l’Etat

Comment en est-on arrivé là ?  « Depuis les années 1990, force est de constater que l’État a abandonné toute ambition en matière d’aménagement du territoire, écrivaient déjà les sénateurs Hervé Maurey (Eure) et Louis-Jean de Nicolaÿ (Sarthe), dans un rapport publié en mai dernier.

Le rôle dévolu au CGET (ex- DATAR), autrefois bras armé de l’État pour l’aménagement du territoire, en est l’illustration la plus flagrante. Ce dernier ne constitue plus qu’une structure vidée de sa substance, de ses moyens d’actions et de toute ambition même. »

La raréfaction des services publics, première coupable

Jean-Pierre Chevènement dresse un constat tout aussi cinglant : face à la désindustrialisation, « la France n’a pas su renouveler sa politique d’aménagement du territoire ». Marie-Françoise Bechtel, vice-présidente de la Fondation Res Publica, ancienne députée de l’Aisne, a elle aussi fustigé « l’abandon du volontarisme qui animait auparavant l’aménagement du territoire » , qui a eu pour résultat la montée du vote Front National et des revendications identitaires.

«Le départ des brigades de gendarmerie, la réforme de la carte judiciaire sous Sarkozy et plus globalement la raréfaction des services publics ont été mal vécus par les populations les plus éloignées », regrette-t-elle. Un constat aussi partagé par Jean-Pierre Duport, délégué à l’aménagement du territoire et à l’action régionale (Datar) de 1989 à 1993, qui a appelé à une meilleure prise en compte des territoires : « Il faut veiller à ce que les réformes en matière de mobilités, de sécurité ou de santé soient jugées en fonction de leur impact sur les territoires et il faut intégrer un volet territorial dans les études d’impact en amont. Enfin, le haut débit généralisé n’a que trop tardé !»

Mézard, toujours fâché après la nouvelle carte des régions

Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires, a pour sa part déploré la fusion des régions, adoptée en 2015 pendant le quinquennat de François Hollande :« On a fait fi de la nécessité de proximité entre la représentation et la population, et on a accentué l’éloignement des services publics ! »

Il a décliné les priorités du quinquennat en matière d’aménagement du territoire: « Nous allons créer une agence de cohésion des territoires pour remettre l’ingénierie de l’état à disposition des territoires : une mission de préfiguration a été mise en place pour aboutir à des propositions dans les deux mois qui permettront de mettre en place cette agence le plus rapidement possible. »

En fin d’année 2017, le ministre avait également annoncé le lancement d’un « plan villes moyennes », visant notamment à redynamiser le logement et le commerce de centre-ville. « Enfin, il faut repenser la fiscalité locale », a insisté Jacques Mézard. Le gouvernement entend supprimer totalement la taxe d’habitation pour tous les français d’ici à 2020. « D’ici à la fin du quinquennat, le gouvernement va présenter une nouvelle façon de financer les collectivités locales », a assuré le ministre.

Cet article est en relation avec les dossiers

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Désertification : les solutions de Jacques Mézard pour réanimer les territoires

Votre e-mail ne sera pas publié

Facile

01/03/2018 03h35

La retranscription des propos tenus au cours de cette réunion est l’exemple même de ce que l’on adore faire en France: fustiger sur les précédents gouvernements.
Deux tiers du compte-rendu n’ont que cet objet qui n’intéresse absolument pas le citoyen.

Le citoyen demande seulement qu’on lui indique la méthodologie que leurs représentants vont mettre en place pour mettre un terme aux difficultés des territoires ruraux.

La réponse de M. Mézard est comme qui dirait déjà entendue: on crée une nouvelle structure en charge de…
Et en parallèle on continue à supprimer les services publics sur les territoires, à éloigner les grands centres de décision, à revoir l’organisation territoriale des sous-préfectures (certaines ont disparu au cours de ces dernières années)…
N’oublions pas aussi l’intrusion de l’internet qui dit-on va permettre à tout citoyen sur le territoire d’être en contact direct avec les services de l’Etat… dans un souci de simplification. Permettez-moi d’en douter dans un proche avenir: je doute que ma belle-mère âgée de 84 ans soit en mesure d’utiliser ces outils.
Bien entendu, il faut les développer (encore faut-il qu’ils fonctionnent bien; ce qui n’est pas vraiment le cas pour les cartes grises que j’ai utilisé il y a peu de temps – il m’a fallu plus de une heure pour faire aboutir ma demande!!) étant donné que pour les jeunes l’usage d’internet est une banalité.
Mais en attendant n’oublions pas nos anciens!

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X