Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Finances locales

Réduction des dépenses de fonctionnement : un défi sans cesse renouvelé sous la pression de l’Etat

Publié le 19/02/2018 • Par Gaëlle Ginibrière • dans : Actualité Club finances, France

Tour de vis
Fotolia
Après avoir pesé sur les finances locales en diminuant drastiquement les dotations des collectivités entre 2014 et 2017, l’Etat a de nouvelles cibles : leurs dépenses de fonctionnement et leur dette.

La loi de programmation des finances publiques pour 2018-2022 pose le principe d’une contractualisation entre l’Etat et les 322 plus grandes collectivités (1). Objectif ? Limiter l’évolution des dépenses réelles de fonctionnement à une croissance annuelle de 1,2 %, modulée à la hausse ou à la baisse selon la variation de la population et des dépenses de fonctionnement constatée entre 2014 et 2016, et selon le revenu moyen par habitant. Le Conseil constitutionnel a entériné ce principe de contractualisation le 18 janvier.

En 2015, les dépenses de fonctionnement représentaient 73,4 % des dépenses totales des collectivités, soit 168,8 milliards d’euros. Depuis 2013, leur croissance n’a cessé de ralentir, passant de + 3 % en 2013 à – 0,2 % en 2016. « Quelles que soient les modalités de mise en œuvre, l’évolution des dépenses de fonctionnement devra se situer autour de + 1,2 % en moyenne, ce qui est drastique. L’Etat se justifie en disant qu’il s’agit de la hausse moyenne constatée depuis trois ans. C’est entendu, sous réserve de la clôture 2017 pour voir si le taux est confirmé, prévient Olivier Nys, directeur général des services de la métropole de Lyon. Comparer deux périodes différentes est cependant difficile : la séquence 2014-2017, qui correspond au début de mandat, et la séquence 2017-2020, de fin mandat, au cours de laquelle sont livrés des équipements générant de nouvelles dépenses de fonctionnement. »

Retour de l’inflation

Cette limitation à + 1,2 % durant la dernière période est aussi le fruit de profondes réformes, menées sous la pression des baisses de dotations. Nombre de collectivités se sont par exemple attachées à diminuer leur frais de personnel (36 % des dépenses de fonctionnement des collectivités en moyenne et jusqu’à 54 % dans les communes en 2016). D’autres ont déjà commencé à réduire leur périmètre et leur niveau d’intervention. Des marges de manœuvre qui ne sont pas reproductibles indéfiniment. De plus, « les années passées ont vu une quasi-déflation, alors que nous sommes revenus à une inflation positive, supérieure à 1 %. Les objectifs de l’Etat ne tiennent pas compte de l’inflation plus forte qui pourrait apparaître si la reprise se confirme », ajoute Olivier Nys.

Autant dire que les collectivités vont devoir redoubler d’efforts et d’ingéniosité pour continuer à faire baisser leurs dépenses de fonctionnement.

Comment évoluent les finances des collectivités

Graphe1

Graphe2

Graphe3

Graphe4

Cliquez sur les images pour les agrandir (Sources : DGCL, 2017 ; La Banque postale, 2017 – Infographies : M.Gobert).

Cet article fait partie du Dossier

Les recettes pour faire baisser les dépenses de fonctionnement

Thèmes abordés

Notes

Note 01 Régions, collectivité de Corse, collectivités territoriales de Martinique et de Guyane, départements, métropole de Lyon, communes et établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre dont les dépenses réelles de fonctionnement dépassaient 60 millions d’euros en 2016. Retour au texte

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Réduction des dépenses de fonctionnement : un défi sans cesse renouvelé sous la pression de l’Etat

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X