Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • France
  • EPHAD et aides à domicile : après la grève, l’intersyndicale en appelle à Emmanuel Macron

Personnes âgées

EPHAD et aides à domicile : après la grève, l’intersyndicale en appelle à Emmanuel Macron

Publié le 02/02/2018 • Par Catherine Maisonneuve • dans : France

Personnel accompagnant personne agée dans une maison de retraite médicalisée
Fotolia
Après une première journée de mobilisation le 30 janvier dernier, l'intersyndicale demande à Emmanuel Macron de se saisir enfin du dossier des Ehpad et des Saad.

« Réussie », « exceptionnelle », « à la hauteur des enjeux », « historique »… L »intersyndicale  CGT, CFDT, FO, CFTC, CFE-CGC, Unsa, Sud qui, avec le soutien actif des directeurs de l’AD-PA, avait appelé le 30 janvier à une mobilisation nationale des personnels des établissements d’hébergement des personnes âgées dépendantes (Ehpad) et des services d’aide et d’accompagnement à domicile (Saad) s’est réjouie du succès de cette journée unitaire.

La direction générale de la cohésion sociale a évoqué un taux de mobilisation (grévistes et personnels assignés inclus) de 31,8 % dans les Ehpad, et les rassemblements dans toute la France ont réuni des dizaines de milliers de manifestants…. La journée du 30 janvier a également été marquée par de nombreux messages de soutien venant d’horizons aussi divers que l’Ordre des médecins ou Familles de France.

Des tentatives de retour au calme sans effet

Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la santé n’a pas réussi à calmer le jeu, ni en annonçant quelque jours avant un rallonge de 50 millions d’euros, ni en annonçant à l’Assemblée nationale, le même jour que celui de la grève, la nomination d’un médiateur, Pierre Ricrodeau.

Il faut dire aussi que la ministre a laissé le soin à la directrice-adjointe de son cabinet de recevoir la délégation de l’intersyndicale ce jour-là, une initiative peu appréciée des grévistes…

L’après-mobilisation

L’intersyndicale, à laquelle s’est jointe une huitième organisation, l’Union fédérale autonome santé (Ufas), s’est réunie dès le 31 janvier avec l’ADPA pour envisager l’après-mobilisation du 30 janvier.

Dans un communiqué commun diffusé le 2 février, elle déclare qu’ « après cette mobilisation exceptionnelle, une prise en compte politique et financière s’impose » et elle demande,  cette fois à l’Elysée, l’ouverture de négociations sur la base de ses revendications « avec, en préalable, l’abandon des dispositions de la réforme de la tarification baissant les dotations ». Et refait les calculs pour le Président de la République..

On compte en France 7 200 Ehpad et 10 000 Saad qui assurent l’accueil et l’accompagnement de 1,4 million de personnes âgées et emploient plus de  700 000 professionnels : « L’application du ratio prévu par le plan solidarité grand âge de 2006 ainsi que l’augmentation du temps passé à domicile nécessitent la création de 300 000 postes ! »

Vers une nouvelle mobilisation ?

Après l’annulation in extremis d’un rendez-vous avec la conseillère santé de l’Elysée et deux lettres restées sans réponse, un nouveau courrier est adressée à Emmanuel Macron.

Faute d’une réponse favorable à sa demande de rendez-vous d’ici le 15 février, dit le communiqué « l’intersyndicale et les associations se verraient dans l’obligation de prendre leurs responsabilités et appelleraient à la grève et à la mobilisation de tous les agents du secteur concerné, et les familles pour la satisfaction des revendications ».

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

EPHAD et aides à domicile : après la grève, l’intersyndicale en appelle à Emmanuel Macron

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X