Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Réforme de l’Etat

Action publique 2022 : pourquoi ça patine

Publié le 26/01/2018 • Par Béatrice Girard Brigitte Menguy Delphine Gerbeau Hélène Girard Solange Fréminville • dans : A la une, France

Matignon 2
Twitter Edouard Philippe
Nouveau programme de réforme des politiques publiques, Action publique 2022, lancé en octobre 2017 par le Premier ministre, connaît à mi-parcours de nombreux couacs.

Améliorer la qualité des services publics, offrir un environnement de travail modernisé aux fonctionnaires et maîtriser les dépenses publiques en optimisant les moyens. Tels sont les objectifs —qui rappellent des souvenirs— du programme Action publique 2022, fixés par le gouvernement lors de son lancement le 13 octobre 2017. Pour mener à bien son projet de transformation transversale de l’action publique, il a sorti l’artillerie lourde afin de se distinguer des précédentes réformes RGPP et MAP : une contribution de chaque ministère sur 21 politiques sectorielles et cinq chantiers interministériels, un forum de l’action publique impliquant usagers et agents publics avec notamment l’organisation, dans toute la France, de forums régionaux, et un comité d’experts indépendants, où siègent pas moins de 34 personnalités qualifiées. Sauf qu’à vouloir multiplier les outils et les méthodes, le brouillard s’installe sur cette grande réforme de l’action publique du quinquennat Macron.

Une concertation expéditive, estiment les syndicats

Première fausse note, un accueil des syndicats plutôt frileux face à une concertation que ces derniers ont estimée expéditive. Ainsi, la confédération CGT a ...

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion
Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Action publique 2022 : pourquoi ça patine

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X