Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Régions

Apprentissage, TER, fonds européens… Les Régions restent mobilisées

Publié le 23/01/2018 • Par Camille Selosse • dans : France

Morin 2
Régions de France
Lors des vœux de l’association Régions de France, Hervé Morin a initié un léger dégel des relations avec l’Etat. Dans le même temps, l’énumération des chantiers majeurs de 2018 a été l’occasion de rappeler, si besoin en était, que les Régions ne comptent pas faire de la figuration.

Le discours est certes moins virulent, mais il n’en demeure pas moins ferme. Après un second semestre 2017 qui a vu les régions s’opposer avec force au gouvernement sur plusieurs dossiers (dotations, apprentissage…), l’année 2018 s’ouvre sur une éclaircie. C’est devant pas moins de quatre membres du gouvernement (Françoise Nyssen, Jacques Mézard, Jacqueline Gourault et Olivier Dussopt) qu’Hervé Morin, président de l’association Régions de France a fait savoir que les relations « pourraient commencer à s’apaiser ».

La question budgétaire loin d’être réglée

Mais le chemin est encore long puisque le président de la région Normandie a aussitôt affirmé qu’il ne parle « pas encore de confiance réciproque » pour autant. Si l’ancien ministre de la Défense se veut prudent, c’est que, malgré la promesse du Premier Ministre lors d’une rencontre le 29 novembre, les régions n’ont toujours pas reçu de propositions de Matignon afin de traiter le trou d’air budgétaire suite à la suppression du fonds de compensation de 450 millions d’euros.

Mais ce dossier, qui avait provoqué la colère du congrès d’Orléans, n’est pas le seul grief.

« On ne nous a pas beaucoup calculé »

Globalement, les régions, et plus globalement les collectivités, ont eu le sentiment de « ne pas être respectées, reconnues, même de ne pas être assez aimées » durant ce début de quinquennat. « Nous, collectivités, représentions l’Ancien Monde et on ne nous a pas beaucoup calculé », pointe Hervé Morin. Pourtant, il assure que les régions peuvent être des alliées du gouvernement pour la mise en œuvre de ses réformes.

Sur de nombreux chantiers, il espère donc qu’elles seront associées. C’est par exemple le cas de la future loi PACTE. Sur ce dossier économique, les régions veulent être un « partenaire privilégié » et ne pas occuper un « strapontin ».

Bataille européenne en vue

En 2018, les Régions ont aussi plusieurs dossiers sur lesquels se mobiliser fortement. C’est le cas des questions budgétaires européennes. Les négociations du cadre financier post-2020 vont débuter et les Régions veulent un budget européen qui ne sacrifie pas les politiques de cohésion et agricole sur l’autel de l’après-Brexit. Elles désirent en effet rester toutes éligibles aux fonds européens.

Pour maintenir une enveloppe globale semblable, une contribution accrue des Etats est nécessaire compte tenue du départ britannique et certains pays membres ont déjà signifié leur réticence. Les régions françaises et les Länder allemands vont donc publier dans les prochains jours une déclaration commune pour réaffirmer leur soutien à un budget « ambitieux ».

Apprentissage, mobilité et gouvernance au menu

Au sujet de l’apprentissage, le dialogue a été renoué mais Hervé Morin continue d’en faire son cheval de bataille. Les régions sont prêtes à faire des concessions, mais refuseront un système qui pourrait générer des inégalités territoriales. Les discussions se poursuivent.

Autre priorité : les sujets de mobilité et particulièrement l’ouverture à la concurrence ferroviaire. La loi d’orientation sur les mobilités sera présentée au printemps. Régions de France a déjà publié ses positions en la matière et réclame souplesse et progressivité.

Enfin, l’association a prévu d’alimenter le débat sur la question de la gouvernance publique dans sa globalité. Comme annoncé lors de l’arrivée d’Hervé Morin à la tête de l’association, une position commune est en cours d’élaboration. Elle sera présentée dans quelques semaines. L’ancien ministre compte la défendre notamment dans le cadre de la future réforme constitutionnelle et souhaiterait aboutir à la conclusion d’un « vrai pacte girondin » où les régions gagneront un peu plus de libertés.

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Apprentissage, TER, fonds européens… Les Régions restent mobilisées

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X