Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Le libre accès aux médiathèques « ne souffre aucune restriction », selon l’ABF

Publié le 23/01/2018 • Par Hélène Girard • dans : Actualité Culture, France

CC0 via Pxhere reading 613865
©CC0 via Pxhere
L’Association des bibliothécaires de France (ABF) demande au maire de La Trinité (Alpes-Maritimes) de revenir sur sa décision de limiter l’accès à la médiathèque aux seuls habitants de la commune. Dans un communiqué publié le 23 janvier 2018, l'association professionnelle rappelle aux élus que seul le prêt d’ouvrages à domicile peut éventuellement faire l’objet d’une inscription payante.

C’est un sujet sur lequel les bibliothécaires ont des convictions très fermes, qu’ils n’hésitent pas à proclamer haut et fort quand l’occasion se présente : l’accès doit être libre et égal pour tous au livre et à la connaissance, et l’accueil de tout citoyen dans les équipements de lecture publique doit se faire sans la moindre discrimination.

30 euros par an pour les non-résidents

Rien d’étonnant donc à ce que l’Association des bibliothécaires de France réclame purement et simplement l’annulation de la décision prise par le conseil municipal de la Trinité (Alpes-Maritimes, 10 170 habitants), commune proche de Nice.

Depuis le 1er janvier,  à la suite d’une délibération du conseil municipal votée en décembre 2017, la médiathèque réserve l’accès gratuit à ses locaux aux seuls usagers résidant dans la commune. Pour les autres, il faudra payer un droit d’entrée de 30 euros par an pour pouvoir en pousser la porte.

Une option que le maire justifie par le coût d’entretien et de mise à jour du matériel informatique, que, jusqu’à présent, tout un chacun, où qu’il habite, pouvait utiliser librement.

CC0 via Pixabay

CC0 via Pixabay

2 textes de référence sur les bibliothèques

Pour l’ABF, ce discours ne tient pas :

Aucune bibliothèque française de lecture publique ne pratique cette limitation, car l’accès aux livres, à la connaissance, à la culture et aux loisirs ne souffre d’aucune restriction. Seul l’emprunt à domicile peut faire l’objet d’une inscription  forfaitaire annuelle même si l’ABF défend la gratuité.

Et l’association de s’appuyer sur deux des textes de référence de la profession, sur lesquels reposent les principes de libre accès aux savoirs et de gratuité :

  • d’abord, « le manifeste de l’UNESCO sur les bibliothèques, [qui] indique clairement que “les services que [la bibliothèque] assure sont accessibles à tous, sans distinction d’âge, de race, de sexe, de religion, de nationalité, de langue ou de condition sociale“ » ;
  • ensuite, « l’article 6 de la Charte des bibliothèques, [qui] précise que  la consultation sur place des catalogues et des collections doit être gratuite pour l’usager. »

Pour l’ABF, la décision de La Trinité « n’est pas acceptable car elle introduit une distinction territoriale dans l’accès aux bibliothèques. »

Recours juridiques

L’association professionnelle a donc décidé d’interpeller le ministère de la Culture, ainsi que la Drac de Provence Alpes Côte d’Azur pour une intervention auprès des élus.

Et au cas où le dialogue restait vain, l’ABF demande au ministère « d’examiner tous les recours juridiques permettant d’annuler cette délibération qui relève selon [elle] de la discrimination territoriale au sens de la loi n° 2008-496 du 27 mai 2008 .» Il s ‘agit du texte portant diverses dispositions d’adaptation au droit communautaire dans le domaine de la lutte contre les discriminations.

Références

3 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le libre accès aux médiathèques « ne souffre aucune restriction », selon l’ABF

Votre e-mail ne sera pas publié

Eden

24/01/2018 01h43

Je ne connais pas le contexte géopolitique local, mais je peux tout à fait comprendre la position de ce maire. L’idéal d’accès universel et gratuit à la lecture est absolument louable, mais se heurte à une question de financement. Quand seuls les contribuables d’une commune-centre financent un service utilisé par tous les habitants d’un même bassin de vie, quand ceux-ci – souvent les CSP+ font le choix d’habiter dans des communes périphériques pour avoir de plus grandes maisons avec moins d’impôts locaux parce qu’il n’y a pas ou peu de services municipaux à payer, et que les élus de ces communes périphériques refusent que l’intercommunalité prenne en charge des services qui, électoralement parlant, rapportent moins que le goudronnage/rebouchage d’une rue, on peut arriver à ce genre de situation.
Solution ? Faire payer – cher – le prêt d’ouvrages pour les non-résidents, ainsi que l’accès aux ordinateurs disponibles dans la médiathèque. La consultation d’ouvrages, elle, reste gratuite.

BiblioEdualk

25/01/2018 04h21

Pour Eden :
Votre conclusion est juste, beaucoup de bibliothèques font payer le prêt et l’accès aux ordinateurs. Ces services nécessitent d’être inscrits, inscription payante si nécessaire.
Le « scandale » ici est que cette municipalité interdit l’entrée du bâtiment aux lecteurs non-inscrits. Donc la consultation d’ouvrages, contrairement à ce que vous indiquez, n’est plus gratuite…

undu12

25/01/2018 05h04

Je suis 100% d’accord avec l’analyse d’Eden sur le financement des Médiathèques et la question qu’il soulève sur les impôts locaux et les élus (et je suis contre l’accès payant aux médiathèques). Je l’ai déjà dit également en réagissant à un autre article : certains élus, qui n’ont pas d’établissement de lecture publique, sont trop contents de laisser payer les autres (et parfois ne voient même pas l’intérêt de la lecture publique), d’où la difficulté de porter parfois la question à l’échelle communautaire.
En matière de lecture publique, il va falloir se pencher rapidement et sérieusement sur les questions territoriales et de financement sinon les situations de ce genre risquent de se multiplier.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X