Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Bibliothèques

Une commune rend l’accès à sa médiathèque payant pour les habitants des communes voisines

Publié le 22/01/2018 • Par Caroline Garcia • dans : Régions

380 X 253 Bibliotheque Fourche a Clamart - UNE
Réseau des bibliothèques de Clamart CC BY 2.0
Depuis le début de l’année, les locaux de la médiathèque de La Trinité (Alpes-Maritimes), une commune à quelques encablures de Nice, ne sont plus accessibles gratuitement qu’aux seuls habitants de la ville. Les usagers des communes voisines doivent désormais s’acquitter d’un droit d’entrée annuel, une grande première à l'échelle du pays.

Pousser la porte d’entrée de la médiathèque de la Trinité, dans les Alpes-Maritimes, est désormais payant pour les non-résidents. Jusqu’ici, l’accès à cet équipement était libre et gratuit pour tous. « La médiathèque emploie dix personnes pour un budget annuel de 500 000 euros porté par les finances de la commune, explique le maire de La Trinité, Jean-Paul Dalmasso.

Un service public qui a un coût

Face au succès que rencontre cet équipement, le conseil municipal a voté le 14 décembre dernier le principe d’un droit d’entrée de 30 euros pour les usagers non-résidents de la commune ». En 2017, selon le maire, la médiathèque ouverte cinq jours par semaine de 10 heures à 18 heures a accueilli 3 200 abonnés, dont la moitié habitant des communes environnantes.

La Trinité jouxte notamment les quartiers est de Nice, classés en politique de la ville. La municipalité défend le fait que l’accès au bâtiment construit en 2006 permet l’utilisation du matériel informatique et des logiciels proposés dont les coûts d’achat et de mise à jour sont conséquents. « Nous avons dépensé 17 000 euros en 2017 pour les mises à jour, poursuit Jean-Paul Dalmasso. L’accès à ce service public de qualité a un coût, porté par la fiscalité locale, qui justifie une petite contribution de la part des autres utilisateurs ».

Les bibliothécaires regrettent cette décision

« L’argument économique n’a aucun sens, assène le président de l’Association des bibliothécaires de France, Xavier Galaup qui dénonce « catégoriquement » cette décision.». Il invoque un « principe de base », « intangible » d’accès aux médiathèques et regrette une décision politique.

Si la proportion d’abonnés extérieurs revendiqués par la commune lui parait particulièrement élevée, Xavier Galaup préconise une discussion intercommunale pour procéder à une éventuelle répartition des coûts.

Et si les coûts de la bibliothèque étaient mutualisées ?

Or, aucune réflexion intercommunale n’a été menée sur le sujet au sein de la métropole Nice Côte d’Azur (NCA). Interrogée sur le sujet, elle précise que « la culture reste une compétence exclusivement communale au sein de la métropole, les bibliothèques ne relevant donc pas de sa compétence ».

Pour autant, les services ajoutent que le président de Nice Côte d’Azur, également maire de Nice, Christian Estrosi, « a toujours souhaité l’accès à la Culture pour tous, c’est pourquoi la ville de Nice garantit le libre accès à ses bibliothèques ».

Une pétition circule contre actuellement pour faire cesser l’accès payant à cet équipement communal.

Thèmes abordés

5 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Une commune rend l’accès à sa médiathèque payant pour les habitants des communes voisines

Votre e-mail ne sera pas publié

et alors

22/01/2018 03h54

Toutes les bibliothèques ne sont pas gratuites !!!
De plus faire différencier l’adhésion d’un habitant de la commune de celle d’un habitant d’une commune voisine n’a rien de choquant. Il en est de même pour bien d’autres activités/services piscine, restauration et accueils péri scolaires, etc….
Ce sont les divers impôts payés par les habitants qui permettent à ce(s) service(s) d’exister et il serait anormal que ces habitants paient pour leurs voisins qui s’ils n’en bénéficient pas ne le paient pas chez eux.

undu12

23/01/2018 09h39

L’article n’est pas très clair. Différencier les tarifs d’abonnement selon que la personne réside sur la collectivité qui gère l’établissement ou non est chose assez courante. En revanche, l’accès pour la libre consultation n’est plus gratuit et ça, c’est nouveau et c’est ce qui pose problème.
Au-delà, c’est tout le problème de la lecture publique en France et de son financement que soulève cette décision. Par ailleurs, c’est facile de dire qu’il faut se tourner vers l’intercommunalité, mais c’est plus dur à faire. C’est probablement le meilleur échelon, mais cela repose sur la volonté des élus. Et certains, qui n’ont pas d’établissement de lecture publique, sont trop contents de laisser payer les autres (et parfois ne voient même pas l’intérêt de la lecture publique). Le cas est peut-être un peu différent à La Trinité, mais il va falloir un jour tout mettre à plat et se poser les bonnes questions. Partout.

BiblioEdualk

23/01/2018 11h33

undu12 a raison, l’article n’est pas clair, comme tous ceux déjà parus sur le sujet, mélangeant 2 points différents.
Il y a l’entrée dans le bâtiment, et il y a l’emprunt de documents.

Pour emprunter, il faut être inscrit – c’est le cas à la Trinité comme partout ailleurs. L’inscription est payante ou gratuite selon les endroits. Ici, c’était gratuit pour tout le monde jusqu’au 31/12/2017. Puis le conseil municipal a décidé que les non-résidents devraient payer 30.00€.

Ca n’a rien de choquant ni d’anormal, même si on peut préférer la gratuité.

La nouveauté, c’est que ce même conseil municipal a rajouté une clause : pour ENTRER dans la médiathèque, il faut être inscrit… Donc payer 30.00€ pour les non-résidents.
C’est un peu différent que de dire « il faut payer pour entrer ».

C’est à ce jour la seule bibliothèque a oser faire ça, car on considère généralement que les bibliothèques sont des lieux publics, librement accessibles à tous. C’est ce qui permet, par exemple, aux étudiants de s’y installer pour travailler, sans utiliser les documents, uniquement table+chaise.

Un peu de clarté serait appréciable… surtout pour une revue professionnelle.

Merci

Chapo

23/01/2018 02h29

Bonjour, je me permets de poser un commentaire sur le manque de clarté de cet article dans lequel on retrouve pourtant l’idée de base à la fois dans le titre, dans le chapeau, et encore deux fois dans les deux premières phrases du premier paragraphe. On ne pourrait pas faire plus clair me semble-t-il …

C.L. ABASSI

31/01/2018 09h35

Bjr
Ce n’est pas une 1ère, à VILLENEUVE D’ASCQ, il en est de même depuis bien des années……………

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X