Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Enfance en danger

Protection de l’enfance : près de 300.000 mineurs protégés en 2016

Publié le 17/01/2018 • Par Isabelle Raynaud • dans : Actu prévention sécurité, Documents utiles, France, Veille documentaire prévention-sécurité

cry
George Hodan / Public domain
En 10 ans, le nombre de mineurs suivi par les services de protection de l'enfance a bondi de 13%, révèle le nouveau rapport de l'Observatoire national de la protection de l'enfance.

L’Observatoire national de la protection de l’enfance a publié le 12 janvier son 12e rapport au gouvernement et au parlement concernant 2017. Une année qui « correspond à l’anniversaire des dix ans de la loi de 2007 et à la première année d’entrée en vigueur de celle de 2016 », notent les auteurs.

Au 31 décembre 2016(1), 299 600 mineurs bénéficiaient d’une prestation ou mesure relevant de la protection de l’enfance. Depuis 2007, ce nombre a crû de 13% :

La répartition entre enfants placés et ceux suivi « en milieu ouvert » (à domicile) est légèrement à la faveur des derniers : 51,7% des enfants en milieu ouvert contre 48,3% placés. Ces suivis sont très majoritairement dus à des décisions judiciaires : 7 fois sur 10 pour le suivi à domicile et 9 fois sur 10 pour le placement en établissement ou dans une famille d’accueil.

Globalement, 2% des enfants sont suivis par les services de protection de l’enfance (justice et aide sociale à l’enfance des départements).

De moins en moins de contrats jeunes majeurs

Contrairement aux mineurs, le nombre de jeunes majeurs – entre 18 et 21 ans – qui bénéficient d’un suivi par la protection de l’enfance s’est lui réduit de 3% :

Ils sont très majoritairement placés (86,4%) et leur suivi est quasi uniquement dû à une décision administrative (97,1%).

 

Les observatoires départementaux toujours à améliorer

« Les conseils départementaux doivent, en application du décret n° 2016-1966 du 28 décembre 2016, transmettre annuellement à l’ONPE une base regroupant l’ensemble des données relatives aux mineurs et jeunes majeurs bénéficiant d’une prestation et/ou mesure en protection de l’enfance dès lors que celle-ci a été décidée, a débuté ou s’est terminée dans l’année dans leur département », rappelle le rapport. Mais seuls 42 conseils départementaux ont transmis des bases de données depuis la mise en place du dispositif. Pour l’année 2015, 23 transmissions ont eu lieu… mais seulement 11 étaient « de qualité suffisante pour aller plus loin dans l’exploitation statistique », regrettent les auteurs.

Des réunions régulières entre l’ONPE et les ODPE sont donc désormais organisées pour aider les départements.

Thèmes abordés

Notes

Note 01 Grâce à un partenariat avec la Drees, l'Onpe peut pour la première fois donner des chiffres à n-1 et non plus à n-2. Ces données seront néanmoins consolidées dans le courant du deuxième trimestre 2018. Retour au texte

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Protection de l’enfance : près de 300.000 mineurs protégés en 2016

Votre e-mail ne sera pas publié

serge

19/01/2018 09h19

le lien entre l’école, l’éducation à domicile, et la protection de l’enfance fait ressortir l’absence de postes d’éducateurs spécialisés dans les structures communales comme Marseille : les professeurs ne voient pas les signaux d’alertes, les parents non plus. il faut donc envisager des nouveaux stagiaires futurs éducateurs spécialisés pour remplacer ceux qui sont absents en permanence (très souvent : maladies, agressions, blessures, santé professionnelle lié au travail social tuberculose, gale ….

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X