Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Culture

Centre. Saisie judiciaire pour une exposition de Tours

Publié le 31/03/2009 • Par Jean-Jacques Talpin • dans : Régions

Ouverte le 30 janvier au château de Tours (Indre-et-Loire), l’exposition consacrée à «Alexandra Exter et ses amis russes» a été prématurément fermée le 19 mars dernier à la suite de la saisie judiciaire de la quasi-totalité des tableaux exposés. Après une plainte déposée par un historien d’art, l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels, a saisi les 192 tableaux qui ont été placés sous scellés.

Présentée par Jean Germain le maire de Tours comme «l’événement culturel de l’année», cette exposition était la plus grande rétrospective de l’oeuvre de l’artiste russe depuis sa mort en France en 1949. Pour cela la ville avait mobilisé de gros moyens et notamment son ancien château des bords de Loire transformé en salle d’expositions.
Une querelle d’experts est à l’origine du naufrage de cette manifestation. Une grande partie de l’exposition (130 tableaux) appartient à Jean Chauvelin, collectionneur et expert spécialiste de l’avant-garde russe, mais qui n’a pas pu fournir de certificats d’authenticité.
Un autre expert, Andrei Nakov, lui aussi spécialiste d’Alexandra Exter et de la peinture russe a alors porté plainte pour «faux», «contrefaçon de signature» et «escroquerie». Selon cet expert, par ailleurs détenteur du droit moral sur l’oeuvre d’Alexandra Exter, seuls deux tableaux seraient authentiques «et encore, sous réserves».

Des graphologues auraient notamment permis d’établir la contrefaçon de signatures ainsi que d’archives. Cet épilogue judiciaire est survenu quelques jours avant la fin de l’exposition. Mais la ville de Tours qui s’estime victime pourrait se constituer partie civile dans un éventuel procès.

Thèmes abordés

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Centre. Saisie judiciaire pour une exposition de Tours

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X