Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Police municipale

Face aux agressions, le ras-le-bol des policiers municipaux

Publié le 15/01/2018 • Par Julie Clair-Robelet • dans : A la une, A la Une prévention-sécurité, Actu experts prévention sécurité, France

PatrouillePM_DamienRouac Flickr
Damien Rouac (Flickr)
Alors que plusieurs agressions de policiers ont fait la une de l'actualité en ce début d'année, les policiers municipaux constatent eux aussi une augmentation des violences à leur encontre. Ils réclament, comme leurs homologues nationaux, des sanctions plus sévères à l'égard des agresseurs et davantage de moyens.

« Les violences envers les forces de l’ordre n’ont pas leur place dans la République ». A l’issue de son entretien avec les syndicats de la police nationale, le 10 janvier dernier, le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, a voulu afficher sa fermeté.

Et ce alors que l’émotion est encore grande après l’agression de plusieurs policiers à Argenteuil, Aulnay-sous-Bois, ou encore Champigny-sur-Marne.

Mais qu’en est-il des policiers municipaux, la troisième force de sécurité du pays ?

Car si l’on dénombre plus de 3000 policiers blessés chaque année suite à une agression, les chiffres nationaux concernant les policiers municipaux ne sont pas connus. Pourtant, les syndicats de police municipale l’affirment haut et fort. Qu’il s’agisse de guet-apens, caillassages, insultes et menaces, la violence s’invite dans leur quotidien et ne cesserait d’augmenter.

« Punching-ball de la République »

« C’est une tendance nationale qui touche l’ensemble des forces de l’ordre. Les relations sur le terrain sont de plus en plus délicates pour l’exercice ...

Article réservé aux abonnés Gazette & Club prévention sécurité
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club prévention - sécurité

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club prévention sécurité

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club prévention sécurité

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club prévention sécurité

S'abonner PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion
1 Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Face aux agressions, le ras-le-bol des policiers municipaux

Votre e-mail ne sera pas publié

USPPM

15/01/2018 09h06

Chers(e) internautes
aujourd’hui plus que jamais le problème de la faiblesse des sanctions affligées entretien le sentiment d’impunité, lors des caillassages du clos des roses à Compiegne les auteurs agés de 18 et 20 ans ont été condamnés à un mois de prison ferme sans mandat de dépôt et à deux mois de prison avec sursis, ainsi qu’à 100 heures de travail d’intérêt général.
Il ne faut donc pas s’étonner que ceux ci récidivent dans quelques temps, les agents devront donc participer à la Police de sécurité au quotidien, non seulement sans avoir les mêmes avantages sociaux que leurs collègues de la Police Nationale mais également sans avoir les mêmes moyens matériels dans un climat délétère accentué par une faiblesse des peines appliquées.

Commenter
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X