Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité Culture
  • Lectures en public : pourquoi les auteurs sont sur la même longueur d’onde que les bibliothécaires

Bibliothèques

Lectures en public : pourquoi les auteurs sont sur la même longueur d’onde que les bibliothécaires

Publié le 10/01/2018 • Par Hélène Girard • dans : France

600x400-lecture-performance-cco1
CC0
Les discussions entre les représentants respectifs des éditeurs et des bibliothécaires sur la question des droits perçus sur les lectures d’œuvres en public sont au point mort. Dans cette affaire, les auteurs, qui ont demandé à participer aux discussions, réclament, eux aussi, une exonération sans condition.

Une fois n’est pas coutume, les auteurs et les bibliothécaires, souvent en opposition frontale sur la question, sont unis sur le sujet des droits à percevoir sur les représentations d’œuvres en public : pour les uns comme pour les autres, il n’est pas question d’accepter la mise en place, par la Société civile des éditeurs de langue française (SCELF), d’un dispositif de perception de droits sur les lectures d’œuvres à haute voix.

Un débat qui n’est pas juridique

« La tolérance de fait qui prévalait jusqu’à présent convenait à tout le monde. Nous demandons donc le retour à la situation antérieure », plaide Geoffroy Pelletier, directeur général de la Société des gens de lettres (SGDL).

Le débat n’est pas d’ordre juridique : chacun s’accorde à reconnaître comme fondé l’argument de la SCELF qui se réfère à l’article L.122-4 du Code la propriété intellectuelle, selon lequel tout acte de représentation en public est soumis au droit d’auteur.

Mais cela ne suffit pas pour emporter le consentement des bibliothécaires et des auteurs.

Les heures du conte en danger

Au nom de leurs missions de service public et de la promotion de la lecture portée par leurs équipements, et en raison des difficultés budgétaires des communes, les premiers, par la voix de l’ABF, réclame une exonération totale pour ce type d’animations culturelles, très répandues dans les communes, y compris les plus petites.

Avec, notamment, le point sensible, des traditionnelles « heures du conte » destinée aux enfants.

Menace sur une part des revenus des auteurs

Les seconds pointent deux dangers. D’abord, le risque de voir les bibliothèques progressivement renoncer, pour d’évidentes raisons budgétaires, à ce type de programmation culturelle.

Or, « les lectures publiques proposées par les bibliothécaires, comme les libraires sont indispensables aux auteurs. Elles contribuent à les faire connaître les auteurs, ainsi que leurs livres. Il n’est pas donc question de chercher à grappiller quelques euros à cette occasion  », explique la SGDL.

La demande de la SCELF lui paraît d’autant plus inconcevable, que les auteurs, depuis 2017, ont l’assurance que les manifestations littéraires soutenues par le Centre national du livre (CNL) prévoient une rémunération des auteurs, selon un barème précis . « Comment imaginer que maintenant, nous demandions aux bibliothèques de payer en plus lorsque l’auteur lit son propre texte ?, s’interroge Geoffroy Pelletier.

Or, ces activités des auteurs, dites « connexes » (ateliers d’écriture, actions d’éducation artistique et culturelle, lectures en public, participation à des tables rondes, conférences…), sont loin d’être accessoires. Elles constituent une part importante de leurs revenus, comme le montre l’étude Retours à la marge, publiée en 2016.

cr Bibliothèque de Nancy CC BY SA 2.0 35319615684_5b6c090fd9_z

Risque pour l’image du droit d’auteur

Mais pour les auteurs, le risque ne s’arrête pas là. La SGDL tire la sonnette d’alarme sur les effets dévastateurs d’une telle démarche pour la cause du droit d’auteur, en général.

Percevoir de l’argent sur les lectures publiques « serait mettre l’image du droit d’auteur en danger ! », pointe le directeur général de la SGDL. Ce, à un moment où le droit d’auteur est déjà largement fragilisé, notamment sous l’effet du développement des ressources numériques. « Il n’est pas question de le galvauder ! » martèle Geoffroy Pelletier.

Pour l’heure, la SGDL espère donc qu’un prochain rendez-vous sera organisé avec les toutes parties prenantes (SCELF, Association des bibliothécaires de France, SGDL, et d’autres associations comme la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse…). « Nous voulons un accord global avec tous », précise le directeur de la SGDL.

Avec, comme objectif, le retour, « sans conditions », à la situation antérieure, c’est-à-dire :

  • l’exonération totale pour les lectures d’oeuvres par l’auteur lui-même, qu’elles soient gratuites ou payantes. Quelques cas rares de lecture publiques (par exemple organisées par un tourneur avec un calendrier de représentations) pourraient faire l’objet d’une rémunération « sous réserve de bien définir ces manifestations, qui ne représentent pas plus d’1% des lectures publiques », précise Geoffroy Pelletier ;
  • l’exonération totale des lectures publiques en bibliothèque, réalisées par l’auteur, un membre la bibliothèque, un bénévole.

Par ailleurs, la SGDL appelle le Syndicat national des éditeurs (SNE) à se positionner clairement sur le sujet. En effet, la SCELF est mandatée  par quelque 300 éditeurs pour assurer la collecte des droits sur les lectures publiques. Mais jusqu’à présent, le Syndicat national de l’édition (SNE) ne s’est pas encore exprimé.

Références

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Lectures en public : pourquoi les auteurs sont sur la même longueur d’onde que les bibliothécaires

Votre e-mail ne sera pas publié

jacques

12/01/2018 03h08

je suis élus chargé de développer une action culturelle diversifier dans notre biblio.
nous recevons au cour de l’année les élèves de CP CM1 CM2…….(toutes les 6 semaines 18 séances de lecture )90 par an
si une redevance doit être mis en place pour chaque séance de lecture
le budget culture n’étant pas extensible à l’infini dans une petite commune
je ne pense pas avoir les moyens de maintenir cette activité dans notre structure

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X