Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Emploi public en France

Poids de l’emploi public : éviter les parallèles approximatifs avec les autres pays

Publié le 03/01/2018 • Par Claire Boulland • dans : A la Une RH, Actu Emploi, Documents utiles, France, Toute l'actu RH

Drapeaux international
Phovoir
En mobilisant les données de l’OCDE et d’Eurostat, le "Tableau de bord de l’emploi public" réalisé par France Stratégie compare la France aux autres pays développés en matière d'emploi public. Constat : la position de l'Hexagone n'est pas atypique, il se distingue surtout par le poids de ses prestations sociales.

L’emploi public est-il trop important en France par rapport aux autres pays développés ? Cette question récurrente pourrait revenir sur le devant de la scène dans le cadre du programme Action publique 2022, dont les conclusions et arbitrages du gouvernement à l’issue de la vaste consultation d’experts, d’agents et d’usagers pour « transformer » le secteur public doivent être dévoilés fin février/début mars prochains.

La comparaison à l’échelle internationale est tentante, mais délicate. C’est pourquoi France Stratégie, en actualisant fin décembre dernier son « Tableau de bord de l’emploi public » (1), « entend contribuer à éviter les parallèles approximatifs ».

Raisonner plus en termes de dépenses que d’effectifs

Le laboratoire d’analyses souligne que se cantonner au seul taux d’administration – élevé pour la France avec 90 emplois publics pour 1000 habitants – est « insuffisant, voire trompeur ». Il convient de se pencher en parallèle sur le volume des dépenses publiques dont le niveau s’élevait à 57 % du PIB en  2015, soit un des taux les plus élevés au sein des pays avancés, et en augmentation quasi continue depuis 2000.

Pour mémoire, les dépenses publiques sont réparties en trois catégories : les dépenses de fonctionnement, d’investissement (2) et les prestations sociales.

Les dépenses de fonctionnement représentaient 24 % du PIB en 2015. Parmi elles, les rémunérations publiques pesaient tout de même 13 % du PIB français. Mais cela reste une donnée « cohérente » avec le taux d’administration, explique France Stratégie.

depenses_remunerations

La part des rémunérations publiques dans le PIB est stable en France depuis 2000

Le laboratoire d’analyse précise que le poids significatif des rémunérations dans le PIB « relève davantage d’un effet volume (lié au taux d’administration) que d’un effet prix (lié aux salaires) ». Le document relève en outre que l’écart entre les rémunérations public/privé est plus faible en France que dans nombre de pays, notamment ceux d’Europe du Sud.

Pour relativiser la situation française établie sur la base des seules rémunérations, il est nécessaire, insiste France Stratégie, d’inclure dans le calcul des dépenses directes de fonctionnement, les dépenses « hors personnel », évaluées par les « consommations intermédiaires » (entretien, fourniture, achat de prestations privées). Ce qui porte le taux des dépenses à 18 % du PIB en 2015, la France ayant eu peu recours à la sous-traitance (5 % du PIB), contrairement aux pays nordiques

Des dépenses indirectes particulièrement dynamiques

Les remboursements des consultations auprès de médecins libéraux ou encore l’aide personnalisée au logement, dits aussi « transferts sociaux en nature »,  peuvent être considérés comme des dépenses de fonctionnement « indirectes ». En France, comme dans les autres pays développés, cette composante de la dépense publique apparaît particulièrement dynamique.
Les transferts sociaux représentent 6 % du PIB de la France, soit 10% des dépenses publiques.

Les transferts sociaux représentent 6 % du PIB de la France, soit 10% des dépenses publiques.

Le poids croissant des dépenses publiques en France (+ 4 points entre 2005 et 2015) est en fait imputable pour près des trois quarts à la hausse graduelle des dépenses de transferts sociaux, notamment dans les branches santé et vieillesse.

Prestations sociales : un record

Ainsi, les écarts entre pays qui ressortaient au départ de la seule prise en considération des dépenses de rémunération tendent à s’atténuer et certains pays qui paraissaient sous-administrés se rapprochent de la moyenne, à l’instar de l’Allemagne, ou la dépassent comme c’est le cas des Pays-Bas.

En revanche, la France se singularise davantage par ses prestations sociales en espèces (pensions de retraites, indemnités journalières, allocations familiales, indemnités chômage, minima sociaux,etc.) qui atteignent 20 % du PIB, contre 15 % en Allemagne par exemple. L’ensemble de ses prestations sociales représentent en moyenne 35 % du PIB. « Un record en comparaison internationale », conclue France Stratégie.

La France, championne des prestations sociales

La France, championne des prestations sociales en espèces

 

Cet article est en relation avec le dossier

Notes

Note 01 Il s’agit d’une mise à jour du "Tableau de bord de l’emploi public" publié en 2010 par le Centre d’analyse stratégique. L’analyse conduite sur 19 pays (Allemagne, Autriche, Belgique, Canada, Danemark, Espagne, États-Unis, Finlande, France, Grèce, Irlande, Italie, Japon, Luxembourg, Norvège, Pays-Bas, Portugal, Royaume-Uni, Suède) a été réalisée par Flore Deschard et Marie-Françoise Le Guilly. Retour au texte

Note 02 En ce qui concerne l’investissement public, les écarts sont importants entre les pays mais leurs niveaux demeurent du second ordre par rapport aux dépenses publiques de fonctionnement : en 2015, l’investissement public s’établit à 1,7 % du PIB en Irlande, 2,1 % en Allemagne contre plus de 4 % en Suède et Norvège. La France se situe à un niveau intermédiaire : l’investissement public y a diminué depuis le début des années 2000 et atteint 3,4 % du PIB en 2015 Retour au texte

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Poids de l’emploi public : éviter les parallèles approximatifs avec les autres pays

Votre e-mail ne sera pas publié

ssrw38

08/01/2018 09h58

Patience dans quelles années le gouvernement actuel aura pu appliquer son programme. Vous aurez moins d’emploi public en France, OK… Pas sur que vous payez moins d’impôts au final sous quelques forme que ce soit (TVA, TF, TH, IR…). Et surtout combien devrez vous débourser pour avoir accès à ces services qui jusqu’à aujourd’hui sont gratuits ou seulement partiellement payant (cad pas au prix de revient réel) lorsqu’ils seront privatisés ?
Alors ce comparatif pourra être revu face à des pays comme l’Angleterre ou les pays du nord de l’Europe !

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X