Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[BILLET] Environnement

Le préfet de région, juge et parti(e) de l’évaluation environnementale

Publié le 03/01/2018 • Par Brigitte Menguy • dans : Billets juridiques, France

Conseil d'Etat
Fotolia
Le Conseil d’Etat a annulé pour partie le décret du 28 avril 2016 en tant qu’il maintient le préfet de région compétent pour l’évaluation environnementale de certains projets.

La réforme de l’autorité environnementale n’est toujours pas conforme à la directive 2001/42/CE du 27 juin 2001 relative à l’évaluation des incidences de certains plans et programmes sur l’environnement. Tel est le verdict du Conseil d’Etat, saisi d’une demande en annulation du décret du 28 avril 2016 par l’association France Nature environnement (décision du 6 décembre, req. n° 400559).

Passé trouble

Sauf que cette réforme de l’autorité environnementale n’en est pas à son coup d’essai. Pour rappel, le décret du 28 avril 2016 dont elle est issue procède aux modifications imposées par une première décision du Conseil d’Etat du 26 juin 2015 (req. n° 360212) qui avait annulé plusieurs dispositions du décret du 2 mai 2012 sur l’évaluation de certains plans et documents ayant une incidence sur l’environnement. Et la décision du Conseil d’Etat de 2015 était, elle-même, une suite logique à l’avis motivé de la Commission européenne pour mauvaise transposition de la directive du 27 juin 2001. Car déjà, selon la Commission, l’identité entre l’autorité chargée d’approuver certains plans et programmes et l’autorité environnementale n’était pas conforme aux impératifs du droit de l’Union.

Et la solution émise par le décret du 28 avril n’est toujours pas la bonne. Certes, elle promettait plus d’indépendance en matière de décisions et d’avis rendus par les autorités environnementales locales sur les documents de planification, grâce à la compétence d’une formation régionale d’autorité environnementale du Conseil général de l’environnement et de développement durable (CGEDD). Mais elle maintient également la désignation du préfet de région en qualité d’autorité compétente de l’Etat pour procéder à l’évaluation environnementale de certains projets.

Séparation fonctionnelle

Or, dans sa décision du 6 décembre, le Conseil d’Etat rappelle que l’article 6 de la directive européenne ne fait pas obstacle à ce que l’autorité publique compétente pour autoriser un projet ou en assurer la maîtrise d’ouvrage soit en même temps chargée de la consultation en matière environnementale. Cependant, ce même article impose que, dans une telle situation, une séparation fonctionnelle soit organisée au sein de cette autorité. Ceci afin qu’une entité administrative, interne à celle-ci, dispose d’une autonomie réelle, impliquant qu’elle soit pourvue de moyens administratifs et humains qui lui sont propres, et puisse ainsi remplir la mission de consultation qui lui est confiée et donner un avis objectif sur le projet concerné.

Mais lorsque le décret désigne le préfet de région comme autorité compétente, y compris lorsqu’il est déjà en mesure d’autoriser le projet, la directive européenne est méconnue. Le gouvernement doit donc revoir sa copie et réécrire le décret du 28 avril, à l’exception des dispositions relatives à la mission régionale d’autorité environnementale du CGEDD désigné autorité environnementale, jugées, elles, conformes à la directive européenne.

Domaines juridiques

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le préfet de région, juge et parti(e) de l’évaluation environnementale

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X