Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Pollution

La communauté de communes de Fouesnant refuse de signer le plan algues vertes II

Publié le 29/12/2017 • Par Stéphanie Stoll • dans : Actualité Club Techni.Cités, France

Algues vertes pollution
AdmiCrunch-Flickr-cc
Alors que le conseil régional de Bretagne a validé le deuxième plan algues vertes, doté de 55 millions d’euros de financement public et que l’ensemble des collectivités signeront leurs engagements à partir de janvier, la communauté de communes du pays fouesnantais a annoncé qu’elle s’y refuserait.

Le deuxième plan algues vertes ne fait pas l’unanimité en Bretagne où la communauté de communes du pays fouesnantais (Finistère, 7 communes, 28 000 habitants) a décidé de ne pas apporter son paraphe aux documents contractuels que sept autres baies à algues vertes signeront à partir de janvier 2018.
Avant le vote formel du conseil communautaire en séance, le 13 décembre, Roger Le Goff, président de la commission locale de l’eau Sud Cornouailles et de la communauté de communes a justifié ce vote par :

  • « Le manque de plus-value des opérations bassins versant en lien avec la limite des compétences des collectivités
  • « L’inertie du plan algues vertes II (deux années transitoires sans volet opérationnel)
  • « La résorption des points noirs [relevant] plus de la réglementation en vigueur,
  • « Le risque de coresponsabilité avec l’Etat en cas de contentieux européen (article 112 de la loi NOTRe) ».

55 millions d’euros pour le nouveau plan algues vertes

Cette défiance n’a pas empêché le conseil régional de Bretagne d’adopter ce même deuxième plan algues vertes, deux jours plus tard, avec les voix du groupe socialiste, du Front national et l’abstention de la droite. Alors que le premier plan quinquennal prévoyait 134 millions d’euros de crédit, celui-ci n’envisage que 55 millions d’euros de dépenses financées par l’Etat (25 millions d’euros), le conseil régional de Bretagne (12 millions d’euros), l’Agence de l’eau Loire-Bretagne (16 millions d’euros) et les collectivités locales (3 millions d’euros). « Nous avons eu du mal à obtenir les financements, commente Thierry Burlot, vice-président du conseil régional chargé de l’eau. Maintenant, on avance. L’important, c’est que nous continuons à travailler sur la prévention des algues vertes. »
« Les collectivités sont exigeantes »
Alors qu’il se souvient, il y a quelques années, d’un « dimanche sur une plage finistérienne où d’un côté, les agriculteurs manifestaient et de l’autre côté, les associations d’environnement », il ne trouve pas matière à s’inquiéter dans le vote fouesnantais. « A mon avis, ils ne remettent pas en cause le plan algues et je suis content de voir que les collectivités sont exigeantes pour que les engagements aboutissent réellement à une diminution des nitrates, » commente-t-il.
Le préfet du Finistère ne semble pas davantage troublé par coup de semonce de Roger Le Goff. Il écrit dans un communiqué qu’il « entend poursuivre le dialogue avec les différents acteurs de la reconquête du littoral » et qu’il « considère le travail partenarial local comme le moyen le plus efficace pour atteindre l’objectif fixé et partagé collectivement : la réduction drastique des algues vertes sur nos côtes, au moyen d’une diminution des nitrates utilisés et diffusés dans les sols. »

Points noirs

Concernant les « points noirs », le plan algues indique que sur le territoire de Fouesnant (15 343 hectares), neuf ont été détectés entre 2011 et 2014, avec des concentrations en nitrates régulièrement supérieures à 50 mg/L et proches de 100 mg/L. Malgré une enquête et des contrôles, six points noirs persistaient en 2015. « S’il y a des points noirs, que l’Etat agisse ! » s’exclame Thierry Burlot. Justement, parmi les quatre niveaux d’action identifiés pour ce territoire figure « l’intervention régalienne de l’Etat sur la suppression des situations ciblées comme irrégulières sur le plan environnemental ».
« Pour l’article 112 de la loi NOTRe, les élus de Fouesnant ont raison, » commente aussi le vice-président de la région Bretagne, qui s’était déjà alarmé quand cette disposition avait été présentée par le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, en 2014.

Alors qu’il vient d’être élu président du comité de bassin Loire-Bretagne, Thierry Burlot ne se départit pas de son optimisme et de son volontarisme. « L’objectif de la CLE de la baie de Douarnenez est d’atteindre une concentration en nitrates de 15 mg/L, expliquait-il en session. A côté, le schéma d’aménagement et de gestion de l’eau Cher amont est de ne pas dépasser les 100mg/L dans les eaux souterraines. En Bretagne, nous allons devenir une région exemplaire. Ça va être long, mais on va le devenir. »

 

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

La communauté de communes de Fouesnant refuse de signer le plan algues vertes II

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X