Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

[Entretien] Discriminations

« 11% des agents du public estiment être victimes de discriminations syndicales », Lionel Marie, chargé de mission à Pôle emploi

Publié le 22/12/2017 • Par Claire Boulland • dans : A la Une RH, France, Toute l'actu RH

Lionel Marie chargé de mission à Pôle emploi et conseiller au Cese
Lionel Marie chargé de mission à Pôle emploi et conseiller au Cese © Frédéric KLEMCZYNSKI / Divergence
Le Conseil économique, social et environnemental (Cese) a rendu l’été dernier son rapport "Repérer, prévenir et lutter contre les discriminations syndicales". Il lève le voile sur un phénomène peu dénoncé dans la territoriale.

Dans le rapport que Lionel Marie, chargé de mission à Pôle emploi, a coécrit avec Jean-François Pilliard, professeur à l’Ecole supérieure de commerce de Paris, sont formulées une vingtaine de recommandations pour prévenir les discriminations et valoriser l’engagement syndical.

Pouvez-vous dresser un état des lieux des discriminations syndicales dans la fonction publique territoriale ?

Nous manquons d’un diagnostic précis, tant dans la fonction publique que dans le secteur privé. La connaissance de la discrimination syndicale repose aujourd’hui sur deux sources principales : une enquête du ministère du Travail et les statistiques du contentieux judiciaire. Or, la première n’intègre pas la fonction publique et la seconde ne peut refléter que très partiellement la réalité des faits. Dans le ...

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club RH

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club RH

S'abonner Déjà abonné ? connexion
1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« 11% des agents du public estiment être victimes de discriminations syndicales », Lionel Marie, chargé de mission à Pôle emploi

Votre e-mail ne sera pas publié

mac

26/12/2017 09h30

Il manque, selon moi, au moins 3 points à cet entrefilet :
1. il faut aussi parler des agents qui n’envisagent le syndicalisme que pour couvrir leur incompétence ou leur manque d’envie de travailler; les « pénalités » qu’il subissent au cours de leur carrière peuvent être AUSSI dues à de bonnes raisons et leur situation syndicale leur sert d’excuse pour contester les décisions justifiées qui leur sont appliquées.
2. en corollaire, cela pose la question des agents impliqués dans le syndicalisme, avec ou sans décharge, et pourtant chargés de missions ou de fonctions qu’ils exercent plus ou moins bien en raison de leurs activités syndicales. J’ai eu le déplaisir d’avoir un adjoint responsable national avec des semaines entières de décharge syndicales dans l’année : avec les congés, les déplacements etc il manquait à son poste 4 mois de l’année environ… et quand il était là, il y avait des AG, des déplacements à préparer, des agents à recevoir etc. Autant vous dire qu’en tant que chef de bureau, il ne me servait à rien du tout et que ça ne me motivait pas beaucoup pour lui faire une belle carrière!
3. enfin, il faut aussi sortir de l’omerta la discrimination PROVOQUEE par les syndicats, celle ou le syndicat majoritaire et seul représenté dans la collectivité favorise EXCLUSIVEMENT ses adhérents et fait une vie infernale (en s’opposant aux avancements etc) aux agents qui ne sont pas adhérents. Ca aussi, ça existe…

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X