Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Bibliothèques

Droits sur les lectures en public : dialogue au point mort entre bibliothécaires et éditeurs

Publié le 15/12/2017 • Par Hélène Girard • dans : France

©korido CC BY-SA 3.0
©korido CC BY-SA 3.0 D.R.
Au bout d’un an de négociations, l’Association des bibliothécaires de France (ABF) et la Société civile des éditeurs de langue française (SCELF) n’ont toujours pas trouvé d’accord sur la rémunération des éditeurs lors de représentation d’œuvres en public (lectures). Le conflit semble difficile à dénouer.

« Nous avons tout mis sur la table de part et d’autre. Pour le moment c’est le statu quo », résume Xavier Galaup, président de l’Association des bibliothécaires de France (ABF), pour décrire le conflit qui oppose son association à la Société civile des éditeurs de langue française (SCELF). Un statu quo qui se traduit en fait, pour le moment, par une impasse.

Pour le compte des éditeurs qu’elle représente, la SCELF réclame aux bibliothèques (donc aux communes) l’acquittement de droits au titre des lectures en public qu’elles proposent dans le cadre de leurs animations culturelles.

Autorisation des éditeurs

La lecture publique est un acte de représentation. Vous devez dès lors obtenir, préalablement à toute lecture, l’autorisation des éditeurs, qui sont cessionnaires des droits des auteurs qu’ils publient. Cette autorisation préalable est requise, quelle que soit l’importance de l’emprunt à l’œuvre littéraire.

Tel est l’argument de fond de la SCELF, qui, pour faire valoir cette demande, s’appuie sur l’article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.

Spécificités du service public

Mais cette demande suscite « l’incompréhension » des bibliothécaires, qui font valoir

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Références

Thèmes abordés

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Droits sur les lectures en public : dialogue au point mort entre bibliothécaires et éditeurs

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X