Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Démocratie participative

Paris révise sa charte de la participation

Publié le 15/12/2017 • Par Sylvain Morvan • dans : Régions

L'Hôtel de ville de Paris.
L'Hôtel de ville de Paris. Flickr CC by ewin.11
Mardi 12 décembre 2017, le Conseil de Paris a adopté la révision de sa charte de la participation pour mieux encourager l'expression citoyenne. La capitale se veut en pointe sur la question. Et pourtant, une partie des Parisiens continuent d'estimer que les décisions sont prises de manière verticale, sans concertation. Explications.

D’abord, il y eut un questionnaire en ligne rempli par 446 personnes entre le 1er mars et le 6 avril 2017. Puis des ateliers de travail ont été menés le 15 mai et le 15 juin, avec un appel à volontaires. En parallèle, une campagne a été ouverte entre les 24 avril et 6 juin 2017 sur la plateforme «Madame la Maire, j’ai une idée» pour que les Parisiens puissent faire des propositions. Au total, plus de 600 personnes ont participé à la révision de la charte de participation citoyenne de la ville de Paris, présentée ce mardi 12 décembre en Conseil de Paris.

« La Charte contient 10 engagements pour garantir une participation de tous, libre et inclusive, accessible et lisible dans la construction des politiques municipales, et pour faire vivre la culture de la participation dans la durée », résume la Ville.

Elle s’engage notamment à améliorer sa transparence. Elle promet ainsi de « rendre publiques les décisions prises et ce qui a été retenu de la concertation », et d’informer « chaque contributeur et contributrices des suites du processus et des possibilités éventuelles de coopération ». Elle s’engage aussi « à publier les données brutes anonymisées et traitées de la participation, et les règles de gestion et le code source des algorithmes de tri et de sélection qu’elle utilise. »

Paris, ville exemplaire ?

« Paris est l’une des premières collectivités dans le monde à avoir une telle ambition pour la participation citoyenne », a clamé Pauline Véron, adjointe socialiste à la maire de Paris chargée de la démocratie locale. Il faut dire que les instances ne manquent pas dans la Ville Lumière : conseils de quartier, conseil des générations futures, conseil parisien de la jeunesse, les conseils citoyens, le conseil de la nuit, le budget participatif, la carte citoyenne-citoyen de Paris, plusieurs plateformes participatives, Pétitions Paris, les ateliers citoyens de Paris, le goûter citoyen, le kiosque citoyen…

L’accumulation de ses dispositifs a d’ailleurs été moquée par Eric Azière, conseiller d’opposition, président du groupe UDI-Modem. Lequel n’a pas manqué de rappeler leur faible impact : « Un sondage Opinion Way daté du mois de novembre démontre que 70% des habitants estiment que la mairie prend des décisions de manière unilatérale ».

Pour Pauline Véron, « les Parisiens ne nous disent pas que nous faisons trop d’outils de participation citoyenne, ils nous disent de mieux le faire savoir pour pouvoir participer ». Pour Eric Azière, la raison de cette défiance est ailleurs : « Vous n’organisez aucune concertation sur les sujets majeurs », comme le très médiatique projet de piétonnisation des voies sur berges, largement critiquée par l’opposition de droite.

Derrière le vernis de la com’, Paris est-elle vraiment la championne de la démocratie participative ? Danièle Simonnet, conseillère de la France Insoumise, en doute aussi : « Les dossiers importants ne font l’objet d’aucune démarche de démocratie participative. Quand on décide la privatisation du contrôle du stationnement, ou quand on décide de se passer des forains [suppression du marché de Noël de Paris, NDLR], on ne demande pas l’avis des Parisiennes et des Parisiens. Faire une charte c’est bien, mais assumer de vrais contre-pouvoirs citoyens, ça serait mieux ».

Après de longs débats, la charte de la participation a finalement été adoptée par le Conseil de Paris.

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Paris révise sa charte de la participation

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X