Loi Nôtre

Le transfert des compétences eau et assainissement reporté jusqu’en 2026

Par • Club : Club Techni.Cités

Edouard Philippe, premier ministre, lors de l'entretien avec la Gazette des communes.

Patricia Marais

Lors de la Conférence nationale des territoires du 14 décembre, Edouard Philippe a reporté l'échéance du transfert des compétences eau et assainissement aux intercommunalités, prévu par la loi Notre, à 2026.

Lors de la conférence nationale des territoires qui s’est tenue hier, Edouard Philippe est revenu sur le sujet toujours sensible du transfert des compétences eau et assainissement au niveau intercommunal. Il a confirmé que ce dispositif de la loi Notre serait assoupli et que les maires auraient droit non pas à un (comme cela était évoqué jusque-là en coulisse) mais à deux mandats municipaux pour faire ce transfert, fixant donc la date butoir à 2026 ! Ce qui laisse le temps de voir venir et de faire passer la réforme. Le dispositif retenu pour déroger à ce transfert serait bien celui utilisé pour les PLUI (minorité bloquante).

« Cela ne concerne plus que 40% des communes (qui n’ont pas déjà réalisé le transfert, NDLR)  et plus de la moitié de ces 40% devront passer au niveau intercommunal car elles ne pourront pas respecter les normes de qualité de l’eau et de gestion patrimoniale des réseaux », relativise André Flajolet, président de la commission développement durable de l’AMF. Il souligne aussi que les communes qui ont déjà fait le transfert ne pourront pas revenir en arrière.

Le Premier ministre a aussi illustré cette logique d’assouplissement de la réforme territoriale en soulignant que la proposition de loi de Marc Fesnau sur la Gemapi – qui a été votée à l’Assemblée nationale – va « ouvrir la possibilité aux départements et régions  de continuer à assurer le financement » dans ce domaine.

Rien sur la dotation pour le climat

Par contre, aucune annonce sur la fameuse dotation climat, alors que le gouvernement mène une concertation avec certaines associations de collectivités sur cette question depuis des mois. Les intercommunalités et régions appellent en effet à avoir enfin des moyens financiers pour mener  leur politique énergie-climat,  notamment afin de mettre en œuvre les plans climats. D’où la déception du délégué général d’Amorce, Nicolas Garnier, qui a bien compris que même si le gouvernement se montre favorable à cette idée, elle ne sera pas appliquée en 2018. Reste à voir le sort qui connaitra cette question dans le  PLF 2018, qui sera examiné vendredi 15 décembre à l’Assemblée.

Les sénateurs avaient voté la création de cette dotation au 1er janvier 2018 ; à l’Assemblée, un amendement du rapporteur du texte prévoit la suppression de cette mesure, tandis qu’un autre amendement (LREM) prévoit son report à 2019. « On attend a minima une déclaration  d’intention du gouvernement sur cette dotation climat, sinon la parole du Président Macron appelant à un choc sur le climat à l’international perdrait de son poids ».

Commentaires

2  |  réagir

06/01/2018 08h34 - herve

le pire c,est le prix de l,eau qui explose en prenant la competence alors que nos syndicats savait travailler a moindre cout

Signaler un abus
19/12/2017 09h48 - LE BRAS

Quel gâchis ,l’Etat n’assure plus la continuité de sa politique.Plus de 2 ans de travail suite à la Loi pour préparer le transfert de compétence , avec une logique de solidarité intercommunale .Des élus investis dans de multiples réunions préparatoires , des bureaux d’études rémunérés : une consommation d’énergie qui est inutile .
La Loi n’est plus ce qu’elle était….

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Les collectivités engagent un bras de fer avec Enedis

    Près de 500 contrats de concession électrique vont arriver à échéance dans les années à venir. L'occasion pour les collectivités menant une politique énergétique ambitieuse de reprendre la main sur la gestion de leur réseau de distribution. ...

  • Patrimoine : mettre en œuvre le BIM

    Le BIM, ou modélisation des données du bâtiment, se développe, son intérêt se vulgarise mais comment y accéder ? Passer du simple dessin 2D à une gestion globale de projet nécessite un investissement important en temps et une réorganisation des services ...

  • La dématérialisation des marchés publics, comment ça marche ?

    Sous l’impulsion du droit européen, la France a progressivement mis en œuvre un calendrier de la dématérialisation des marchés publics par l’ordonnance du 23 juillet 2015 et le décret du 25 mars 2016. L’objectif étant, à terme, la dématérialisation ...

  • La Nouvelle Aquitaine chiffre le rôle de la biodiversité sur son économie

    Le comité scientifique Ecobiose a rendu ses premières conclusions sur l’agriculture régionale. Financé par la Nouvelle Aquitaine pour convaincre de l’intérêt de la biodiversité, ses suggestions vont jusqu’à la gouvernance et l’action publique. Sa ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X