[Opinion] Environnement

Lutte contre les cyanobactéries : un dispositif inédit basé sur le peroxyde d’hydrogène

Par • Club : Club Techni.Cités

Daniel Vaulot, CNRS, Station Biologique de Roscoff

Les cyanobactéries sont des microalgues qui se développent dans les plans d’eau douce et rivières. Elles sont souvent une plaie à gérer pour les collectivités. Une technique basée sur le peroxyde d'hydrogène pourrait venir à bout de ces bactéries, explique Vincent Gruffat, chef de projet eau et environnement chez Arcadis.

Par Vincent Gruffat, chef de projet eau et environnement chez ‎Arcadis

Les cyanobactéries sont des microalgues, également appelées « algues bleues », qui se développent notamment dans les plans d’eau douce et rivières à la faveur de la lumière et de la présence de nutriments (essentiellement le phosphore). Les cyanobactéries sont présentes dans l’eau à différents degrés de concentration et, en été, elles peuvent atteindre des concentrations élevées ; on parle alors de « bloom ». Certaines espèces de cyanobactéries produisent des toxines pouvant affecter la peau ou le système nerveux. Dans les cas les plus aigus, sur certains animaux domestiques comme les chiens, l’intoxication peut aller jusqu’à provoquer la mort. Aussi, les plans d’eau de baignade et les plans d’eau destinés à la consommation humaine sont surveillés par l’Agence Régionale de Santé (ARS) avec des seuils de restriction d’usage et de fermeture.

Un phénomène global pouvant être traité

Comme l’indique une récente expertise scientifique collective (ESCo du CNRS – INRA – ISTEA – IFREMER sur l’eutrophisation, 2017) la présence croissante des cyanobactéries dans les plans d’eau de baignade est un phénomène global. Cela s’explique en premier lieu par l’augmentation des concentrations en nutriments dans les plans d’eau comme les phosphates et les nitrates trouvant leurs origines dans des activités humaines. Elles représentent un problème de qualité des eaux pour de très nombreux plans d’eau en France, notamment pendant l’été où la plupart sont touchés par des développements plus ou moins importants de ces microalgues. En Bretagne, l’Agence Régionale de Santé (ARS) estime qu’en 2015, un tiers des plans d’eau ont connu des épisodes de prolifération intense.

Un traitement basé sur un dosage faiblement concentré de peroxyde d’hydrogène est efficace pour lutter spécifiquement contre ces cyanobactéries tout en préservant la faune et la flore présentes dans les plans d’eau traités. En effet, une injection de peroxyde d’hydrogène à concentration très faible dans le plan d’eau est sans risque pour la faune et la flore : le peroxyde est également utilisé dans les traitements de potabilisation, de désinfection des piscines, ou en pisciculture, où les concentrations utilisées sont 100 fois supérieures à celles utilisées pour la lutte contre les cyanobactéries. Le traitement n’attaque pas les autres espèces phytoplanctoniques et permet de faire disparaître les cyanobactéries dont la place est prise par d’autres microalgues. Le milieu est ainsi très peu perturbé.

Une phase de test en laboratoire est nécessaire, cependant, avant tout déploiement du dispositif de traitement. Cette technique novatrice doit s’étudier et s’adapter à chaque situation. Les essais en laboratoire permettent de vérifier l’efficacité du traitement sur les espèces de cyanobactéries en présence, et de déterminer la bonne concentration d’injection avant d’effectuer le traitement. A ce stade, la technique est encore considérée comme expérimentale. En effet, les retours d’expérience des traitements réalisés alimentent la base de connaissances des universités de Rennes et d’Amsterdam, qui permettra de valider l’efficacité et l’innocuité de la technique pour l’environnement.

L’injection permet de traiter les eaux concernées pour une durée de trois à huit semaines. Après le traitement, qui est réalisé en un à deux jours, la baignade dans ces eaux est rapidement possible sous 48 heures avec la disparition totale du peroxyde d’hydrogène. La réalisation du traitement nécessite d’injecter le peroxyde sur la totalité de la colonne d’eau à l’aide d’un bateau équipé spécifiquement.

Il est à noter que l’usage du peroxyde est encadré par la réglementation, et que la réalisation des traitements nécessite des autorisations réglementaires spécifiques qui doivent être obtenues par l’entreprise en charge de leur réalisation.

Développement du traitement en France

Expérimentée depuis 2009 aux Pays-Bas, cette technique est employée pour assainir, en moyenne, une dizaine de lacs et plans d’eau par an dans le pays. Son usage est appelé à se développer rapidement en France en collaboration étroite avec les scientifiques. Elle a d’ailleurs été utilisée, en conditions d’exploitation réelles, en juillet 2017, pour un plan d’eau situé près de Nantes.

Le traitement a été un succès, et a permis de réduire le taux de cyanobactéries et de rester en dessous du seuil de 100.000 Cel/ml pendant 3 semaines. Le plan d’eau est ainsi resté ouvert toute la saison, avec une nette amélioration de la transparence de l’eau… pour le plus grand plaisir des baigneurs !

Commentaires

2  |  réagir

21/12/2017 03h17 - Emmanuelle Picaud

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Ce texte étant une opinion d’auteur (dont le nom et la fonction sont précisés dès le début de l’article), de fait, celle-ci est forcément subjective.

Si vous souhaitez avoir un point de vue complémentaire à celui-ci, nos journalistes ont rédigé des articles détaillant les atouts et inconvénients du peroxyde d’hydrogène, que vous retrouverez sur notre site, notamment celui-ci http://www.clubtechnicites.fr/509504

Cordialement,

la rédaction

Signaler un abus
13/12/2017 02h27 - TASO

Okay, le traitement par peroxyde d’hydrogène peut donner des résultats mais à quel coût et à quelle fréquence? par ailleurs des traitements alternatifs des cyanobactéries existent, sans danger pour la faune et la flore, sans nécessairement une étude en laboratoire avec un cout de 100 euros à l’hectare pour l’installation et 15 euros par an de consommation électrique.
Pourtant vous ne semblez pas connaître cette technique vieille de 15 ans et qui équipe plus d’une centaine de plan d’eau en France et à l’étranger.

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Les ressources de l’île d’Houat contre le stress hydrique

    La pénurie en eau est une histoire ancienne sur les îles, mais elle s’accroît avec la pression touristique. L’insularité hydrique fait de ces territoires de véritables laboratoires de la préservation de la ressource en eau. Exemple à Houat, dans le Morbihan. ...

  • « Le vélo progresse à une vitesse folle »

    En plus de coordonner les réseaux cyclables au niveau national, l’association Vélo et territoires, ex-Départements et régions cyclables, se veut force de proposition auprès du gouvernement. Sa présidente, Chrystelle Beurrier, explique ses objectifs à ...

  • L’utilisation des biens acquis par la voie du droit de préemption

    Obligation d’utiliser ou non le bien préempté pour son objet initial, procédure de rétrocession, dommages et intérêts dans certaines conditions, droits et obligations des occupants… la collectivité doit maîtriser les conditions dans lesquelles des ...

  • L’écotaxe ressort des cartons sous forme de vignette

    Proposée en début d’année pour financer le réseau routier, l’instauration d’une vignette pour les poids lourds pourrait être intégrée dans la loi d’orientation des mobilités. ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X