Métier

Nouvel avis de tempête pour le Cerema

Par • Club : Club Techni.Cités

Bernard Larrouturou, directeur général du Cerema.

MEDDE

Alors que le projet de loi finances prévoit de fortes restrictions budgétaires et structurelles, le Cerema vient d'encaisser une nouvelle onde de choc suite à l'annonce de la démission de son directeur général, lundi.

 

Avis de tempête pour le Cerema : son directeur général, Bernard Larrouturou, a annoncé lundi qu’il démissionnait de son poste. Dans une lettre envoyée aux agents, celui-ci explique les raisons de sa décision. « Je considère que ce choix s’impose à moi car je ne suis plus en situation, depuis le 21 novembre, de diriger le Cerema », explique-t-il.

La décision intervient dans un contexte difficile pour le centre de recherche public : en effet, dans le cadre du projet de loi de finances 2018, l’Etat a annoncé vouloir supprimer, en 2018, cinq millions d’euros sur le budget du Cerema (qui était de 206,6 millions en 2017), ainsi que 105 postes par an de 2018 à 2022. Tout ceci alors que le budget du Cerema est en constante diminution depuis plusieurs années.

Dans ce contexte, Bernard Larrouturou avait annoncé la mise en place de quatre scénarios de restructuration « lourde » pour le Cerema. Le 18 octobre, il avait également annoncé la fermeture de la direction territoriale d’Ile-de-France. Une décision qui avait été dénoncée par les agents et leurs syndicats, venus manifester au Congrès des Maires.

Le directeur revient notamment sur cet épisode dans sa lettre. « Je pars avec le grand regret de laisser notre établissement dans une phase de fortes turbulences, où il est loin d’avoir surmonté les secousses de cet automne, notamment celle de mon annonce du 18 octobre ; et le regret de cette tournée qui restera inachevée alors qu’elle devait nous permettre de commencer à retrouver notre cohésion », développe-t-il.

Bernard Larrouturou n’est pas le premier dirigeant à claquer la porte de l’organisme public. Il y a quelques semaines, son président, Gaël Perdriau, avait lui aussi annoncé sa démission, expliquant qu’il ne serait pas « le fossoyeur du Cerema ». Une série de décisions qui interrogent à l’heure où le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé la création d’une Agence de cohésion des territoires.

En effet, l’Agence porterait, selon les déclarations présidentielles, un « appui en ingénierie publique aux territoires ». De quoi s’interroger sur le rôle et le devenir du Cerema.

« Si on décide de confier une partie des effectifs à cette agence, on va vers un démantèlement. On pourrait aussi imaginer que l’Agence de cohésion des territoires soit un des commanditaires du Cerema, ce qui serait plus positif », avait déclaré Sylvain Guerrini, syndicat FO, à la Gazette le 16 novembre.

Face aux coupes budgétaires , un ras-le-bol général

Une intersyndicale CGT-FO-UNSA-Solidaires appelle à manifester le 12 décembre prochain, devant le siège de Météo-France et de l’IGN, à l’occasion du Sommet international sur le climat de Paris. Il s’agit de réunir des agents de trois opérateurs du MTES-MCT particulièrement frappés par les restrictions budgétaires et en termes d’effectifs dans le cadre du PLF 2018, à savoir Météo France, l’IGN et le Cerema. « Dans ces conditions, avec la suppression de plus de 1150 postes supplémentaires d’ici 2022, c’est la question de la pérennité et de l’efficacité de l’IGN, de Météo-France et du CEREMA qui est posée », affirment les syndicats.

Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Autolib’ : du coup de com’ politique au fiasco financier

    Sauf coup de théâtre, le Syndicat Autolib' Vélib' Metropole actera jeudi 21 juin la résiliation du contrat de concession passé avec Autolib' en 2010, cinq ans avant son terme.Il reviendra ensuite au tribunal administratif de fixer le montant des indemnisations ...

  • Plans climat : le jeu risqué du gouvernement

    Les associations d’élus multiplient les appels au gouvernement pour qu'il flèche une partie de la taxe carbone vers les territoires, afin qu'ils puissent mettre en œuvre leurs plans climat-air-énergie territoriaux (PCAET) ainsi que les Sraddet. Mais ce dernier ...

  • Vélib’, les leçons d’un fiasco

    Désormais boulet politique de la maire de Paris, le dossier Vélib’ restera dans les annales comme l’un des plus gros échecs de renouvellement de contrat public. L’opérateur Smovengo a cumulé les failles, mais il n’est pas seul fautif. ...

  • « Troc ton job », un système ingénieux de bourse de l’emploi en interne

    Des années plus tôt, alors qu’elle passait le concours de rédacteur territorial, Yamina Bendaoui avait imaginé des ateliers de mobilité censés permettre aux agents territoriaux de voir ce qui se passait dans le service voisin, et de cibler les postes pouvant ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X